NLTO
Not Like The Others

// MAGAZINE HORS NORME POUR HYPERACTIFS DISTINGUÉS //






Suivez-nous
Twitter
Facebook
Rss







​Poincheval, ce drôle d’artiste qui va s’enfermer une semaine dans un rocher





Abraham Poincheval va s’enfermer à partir d’aujourd’hui pendant sept jours dans un rocher à l’intérieur du Palais de Tokyo. Une performance sensée être artistique par cet artiste qui est connu pour des performances de ce type.


DR Palais de Tokyo
DR Palais de Tokyo
Il faut savoir que c’est de l’art. Abraham Poincheval fait parler de lui parce qu’il va à partir du mercredi 22 février après-midi s’enfermer dans un rocher pendant sept jours. Cette performance, qui rappelle plutôt des numéros de magie un peu has-been est la quintessence d’une tendance artistique qui s’intéresse plus au concept ou à faire parler d’elle qu’aux sens ou à l’esthétisme.

« Cet artiste habitué de ce genre de performance est un récidiviste; il s'était déjà enfermé dans un ours empaillé au musée de la chasse à Paris en 2014, avait remonté le Rhône dans une bouteille géante ou passé une semaine sur une minuscule plateforme à vingt mètres du sol. Nous l’avons rencontré avant son enfermement qui a lieu ce mercredi 22 février dans l’après-midi » écrit le site de la radio RFI . « Il a le regard calme et la parole sensée. Et pourtant, cet artiste français de 44 ans, spécialiste de performances extrêmes toutes liées à l'enfermement, va se glisser dans un bloc de pierre de 12 tonnes, et cela devant les yeux de la presse et du public au Palais de Tokyo. Abraham Poincheval vivra 6 jours assis dans une cavité taillée sur mesure dans les parois du rocher qui vont se refermer hermétiquement sur lui » continue l’article.

Très sérieux, « l’artiste » explique que « c’est une sorte de voyage, cet objet est comme une capsule. Pourquoi la forme de silhouette un peu agrandie ? Parce qu’il faut quand même que je puisse un tout petit peu me déplacer à l’intérieur, simplement pour pouvoir attraper mes vivres et des choses comme ça. Finalement, je me suis dit : on se balade toujours avec notre silhouette et c’est finalement aussi une chose qui nous enferme. » C’est de l’art on vous dit.