NLTO
Not Like The Others

// MAGAZINE HORS NORME POUR HYPERACTIFS DISTINGUÉS //






Suivez-nous
Twitter
Facebook
Rss







​TF1 mise beaucoup sur l’importation du jeu américain « The Wall »





Démontrant une fois de plus son incapacité à inventer des jeux ou des programmes originaux, TF1 mise une fois de plus sur l’importation d’une franchise américaine avec le jeu d’argent stressant « The Wall ». Avec une campagne de promotion exceptionnelle, la chaine cherche à retrouver de audiences satisfaisantes sur un créneau horaire stratégique.


DR
DR
TF1 se retrouve désormais au pied du mur. La chaine a bien cherché ce genre de jeux de mots vaseux en lançant la version française du jeu américain « The Wall ». Sur un plateau équipé d’un mur lumineux aussi haut que quatre étages, le jeu présenté par Christophe Dechavanne, démontre une fois de plus que la chaine est prête à mettre les moyens pour conserver sa place de poids lourds des audiences. « « The Wall » ne révolutionne pas le genre. Il réunit cependant de nombreux ingrédients nécessaires à la réussite d’un programme de ce type. Dans un cadre à dominante bleu (façon « Qui veut gagner des millions »), participants et spectateurs sont soumis à des phases d’émotions diverses (joie, stupeur, désespoir, surprise, tristesse…). Et pour cause. Ce nouveau jeu repose sur une dramaturgie qui ménage ses effets, et qui, sous d’autres formes, a déjà fait ses preuves » explique Le Monde.
 
Avec la possibilité de gagner jusqu’à 1,5 million d’euros, le jeu repose sur un tandem qui est séparé durant le déroule. L’un derrière le mur répond à des questions, pendant que l’autre cherche à atteindre des sommes avec des boules lumineuses tout en présumant de la capacité de son binôme à répondre aux questions. Ensuite les deux candidats se retrouvent alors que celui qui a répondu aux questions décide d’empocher une somme qu’on lui propose ou de s’en remettre entre les mains de son complice. Bref, de l’argent en jeu, des décisions qui peuvent tout changer et du suspense. Tous les ingrédients pour mettre une option sur la case de 19h de semaine.
 
« Christophe Dechavanne n’a appris que début janvier qu’il présenterait « The Wall ». L’animateur et les producteurs n’ont eu droit qu’à un « numéro zéro » pour opérer les derniers réglages d’une mécanique qui, à l’écran, apparaît déjà bien huilée. Les émissions ont été enregistrées au rythme de deux chaque jour puis de quatre. Désormais, ce sont cinq numéros qui sont mis en boîte quotidiennement. TF1 en a commandé quarante. Dans l’histoire de TF1, c’est la première fois qu’un format américain arrive sur son antenne aussi rapidement : « The Wall » a traversé l’Atlantique un peu plus de deux mois seulement après son lancement sur NBC » explique le quotidien. Une nouvelle démonstration du manque d’imagination des producteurs français qui démontrent qu’ils sont compétitifs en copiant le plus vite possible ce qui se fait outre Atlantique.