NLTO
Not Like The Others

// MAGAZINE HORS NORME POUR HYPERACTIFS DISTINGUÉS //






Suivez-nous
Twitter
Facebook
Rss







​Un tiers des internautes utilisent un bloqueur de pubs





D’après une enquête Ipsos publiée mardi, un français sur trois utilise un bloqueur de publicité. Un chiffre qui démontre que ce n’est plus une pratique marginale ou réservée aux plus jeunes mais un phénomène qui inquiète les médias et les entreprises qui vivent de la publicité.


DR
DR
Les publicités gênent lorsque l’on navigue. Outre les fenêtres pop up intempestives, qui sont franchement insupportables, même les bandeaux traditionnels sont devenus indésirables par les internautes. C’est ce que semble nous dire le succès croissant des logiciels bloqueurs de publicités.

Les conclusions d’une enquête réalisée par Ipsos sont sans appel :  « Lassés des bannières, fenêtres "pop up" (qui surgissent sur l'écran) et autres vidéos intrusives, plus d'un tiers des internautes français (36%) ont adopté ces logiciels "adblocks", alors qu'ils étaient 30% en janvier, selon cette deuxième vague d'un baromètre pour l'IAB France, organisation qui regroupe les acteurs de la publicité sur Internet. "Il s'agit d'une progression très importante de 20% de l'équipement en +adblocks+", a souligné Agnès Gilbert, responsable numérique de la société d'études Ipsos Connect France » raconte l’Agence France presse.

La proportion d’utilisateurs varie très largement selon les classes d’âge. Les 16-24 ans sont 55% à utiliser ce type de logiciels par exemple. Pourtant, Ispos révèle que les autres tranches d’âges s’y mettent avec un taux de progression plus important. Une progression qui « atteint ainsi chez les 25-34 ans 45%, 33% chez les 35-49 ans, 31% chez les 50-59 ans et 26% chez les 60 ans et plus. Les utilisateurs de logiciels bloqueurs de publicité équipent en priorité leur ordinateur portable (70%), suivi de leur ordinateur de bureau, mais les tablettes et smartphones sont moins concernés. »

La guerre menée par Facebook contre les logiciels bloquant ou des média qui invitent à désactiver cette fonction sur le site montre l’inquiétude des entreprises qui dépendent des revenus publicitaires. « Pour répondre aux critiques des internautes, qui se plaignent de pubs répétitives, envahissantes, qui ne correspondent pas à leurs besoins ou qui manquent d'originalité, les professionnels de la pub ont pris une série d'initiatives. L'IAB avec les géants comme Google et Facebook et en France l'Union des annonceurs (UDA) travaillent au sein de la "Coalition for Better Ads" à une charte pour rendre les publicités plus acceptables » rapporte l’AFP.