NLTO
Not Like The Others

// MAGAZINE HORS NORME POUR HYPERACTIFS DISTINGUÉS //






Suivez-nous
Twitter
Facebook
Rss







Alvin Lee : 68 years after





Aujourd'hui encore, nombreux sont les amoureux du rock qui conservent un souvenir indélébile d'Alvin Lee, un musicien talentueux qui a marqué des générations entières de rockers. Ce guitariste impressionnant de dextérité a longtemps fait parler de lui alors qu'il était membre fondateur du groupe de blues rock Ten Years After. Après une riche carrière avec cette formation, Alvin Lee poursuit son parcours en solitaire, enivrant continuellement ses fans de ses envolées à la guitare. Le 6 mars 2013, le musicien prodige tire sa révérence, demeurant dans l'esprit d'innombrables passionnés l’un des guitaristes les plus rapides au monde.


Crédit Photo : Jim Summaria
Crédit Photo : Jim Summaria

Un penchant pour la guitare dès ses jeunes années

C'est le 19 décembre 1944 à Nottingham, en Angleterre, que nait Graham Alvin Barnes. Il sera mondialement connu un peu plus tard sous son nom de scène : Alvin Lee. À 13 ans, le jeune homme démontre déjà sa fascination pour la musique en touchant à sa première guitare. Quelques années plus tard, en 1960, une rencontre avec Leo Lyons va sceller le destin du prodige : ce duo va devenir le noyau indissociable qui va constituer l'un des plus célèbres groupe de blues rock, Ten Years After. Baigné depuis son enfance dans une atmosphère familiale mêlant blues et jazz, Alvin Lee voue pourtant une admiration pour des icônes comme Scotty Moore et surtout Chuck Berry. À la guitare, le savoir-faire de Lee est déjà bien maîtrisé, s’inspirant d’illustres musiciens. Sous l'influence des goûts musicaux de son enfance, son style devient alors encore plus percutant. En ce début des années 1960, le groupe The Jaybirds des deux complices voit le jour, mais ne connaît pas un grand succès.

Ten Years After prêt à conquérir le monde

C'est seulement en 1962 qu'une certaine notoriété va commencer à poindre : leur apparition au Star-Club de Hambourg lance la jeune formation. Durant les premières années de The Jaybirds, Alvin Lee s'occupe uniquement de la guitare, la partie vocale étant attribuée au chanteur Ivan Jay. Ce dernier reste cependant peu de temps au sein de la formation, et après la réussite du Star-Club, Alvin Lee devient alors le chanteur attitré. À la suite de ce premier succès, le retour au pays est l'occasion pour le groupe de prendre un nouveau départ. Dans cette optique, mais également pour élargir encore plus leur audience, ils s'installent enfin à Londres en 1966. Pour marquer davantage son renouveau, la formation change fréquemment de nom, en devenant Jaybird, après avoir été dénommée Blues Yard. C'est enfin en 1967 que le quatuor prend le nom de Ten Years After, un groupe mûr, enfin à l'aube d’une première consécration mondiale.

Les États-Unis, terre promise à Ten Years After

Le tout nouveau Ten Years After accouche d'un premier album éponyme au cours de l'année de sa création. La signature d'Alvin Lee se ressent déjà sur une partie du contenu de l'album : le guitariste-chanteur écrit et compose les chansons du groupe. La sonorité de l'album ne laisse pas indifférentes les stations spécialisées de l'époque. Certains de leurs morceaux sont même diffusés outre-Atlantique, ce qui permet à de nombreux auditeurs de découvrir et d'apprécier les compositions du groupe britannique. Un tourneur d'artistes local prête d'ailleurs attention aux chansons de Ten Years After et contacte le groupe en vue d'une tournée aux États-Unis. L'été 1968 est ainsi le point de départ d'une série de concerts au cours de laquelle le quatuor sera de plus en plus plébiscité par le public. Au sein de cette formation, Alvin Lee et ses prestations à la guitare font des étincelles. La reconnaissance auprès d'une audience fidèle ne se fait pas attendre et les albums s'enchaînent.

Une révélation au Festival de Woodstock

Sept ans durant, 28 tournées vont couronner le parcours à succès de Ten Years After aux États-Unis. Un moment mémorable avec le groupe et son guitariste virtuose demeure à jamais gravé dans l'histoire du rock. En effet, au cours de son passage sur la scène du festival de Woodstock, en 1969, Alvin Lee transporte le public avec ses riffs ultrarapides produit sur son instrument emblématique, une Gibson 335. L'instant est unique, et le spectacle proposé par le guitariste impressionnant, devenant à ce jour une des prestations les plus représentatives du rock. Depuis cette apparition, l'audience du groupe prend de l’importance, et Alvin Lee est propulsé au même rang que ses illustres pairs, tels Santana ou Jimi Hendrix. Après la dissolution du groupe, le guitariste poursuit sa carrière en solo. Collaborant avec des pointures anglo-saxonnes du rock, Alvin Lee signe encore des albums, dont un ultime en 2012, Still on the road to Freedom. À 68 ans, le musicien s'éteint, mais restera éternellement ce guitariste au style foudroyant sur les traces duquel biens d’autres musiciens continuent de marcher aujourd’hui.