NLTO
Not Like The Others

// MAGAZINE HORS NORME POUR HYPERACTIFS DISTINGUÉS //






Suivez-nous
Twitter
Facebook
Rss







Après 17 années d’aventures, Lara Croft s’offre une paire de rangers neuves





Aux yeux de millions de gamers, Lara Croft représente ce qui se fait de mieux en matière d’héroïne de jeux d'aventures. La brune pulpeuse a toutefois perdu de sa splendeur, et la faute en revient à quelques épisodes décevants de la saga culte Tomb Raider. Square Enix, son éditeur, emploie alors les grands moyens pour raviver la flamme et lance en mars 2013 un reboot. L'aventurière repart à la conquête de son public originel et s'offre une seconde jeunesse presque inespérée.


Toby Gard, créateur de la série Tomb Raider - Crédit photo : Jon Jordan
Toby Gard, créateur de la série Tomb Raider - Crédit photo : Jon Jordan

Tomb Raider, la renaissance

Quand le premier opus de Tomb Raider sort des cartons en 1996, personne ne pouvait imaginer à quel point la série allait bouleverser l'univers des jeux vidéo. En quelques mois seulement, l'épisode se propage à vitesse grand V aux quatre coins du globe. Surfant sur cette vague, l'éditeur Eidos Interactive lance coup sur coup des extensions, des suites et un mix de goodies, de romans et de comics, tous accueillis avec enthousiasme par les amateurs. Le concept commence toutefois à s'essouffler, comme en témoigne la sortie tardive de L'Ange des ténèbres en 2003, un sixième opus marqué par des retards de développements, de multiples changements de scripts et de biens d'autres mésaventures.

Malgré le retour aux sources réussi du septième épisode, développé par Crystal Dynamics, la série sombre lentement et frôle même l'anonymat quand les blockbusters comme Uncharted s'attirent les faveurs du public. Le nouvel éditeur, Square Enix pense dès lors à remettre de l'ordre dans cette franchise phare, l'idée d'un reboot naît. Exit la quasi-invulnérabilité du personnage principal et les phases d’action contiguës à n'en plus finir, la maison veut une héroïne plus attachante, plus humaine et sans fioritures... bref, une aventurière plus représentative de la Lara Croft originale, la vraie. C'est chose faite depuis la sortie mondiale du reboot de la saga en mars 2013.
Une sublime cure de jouvence

Une cure de jouvence

Bien décidés à relancer la série, les cerveaux de Crystal Dynamics ne rechignent pas à réécrire un pan entier de l'histoire de l’héroïne, non sans l'aval du créateur de la saga, Toby Guard. Le récit revient justement aux premiers balbutiements de l'aventurière, quand elle n’évoquait pas encore dix ans d’histoire du jeu vidéo. Jeune archéologue très prometteuse, une Lara Croft de tout juste 21 ans, loin du cliché femme fatale intouchable gratifié d'un bonnet D, embarque avec une équipe de chercheurs pour retrouver la trace du mythique royaume de Yamatai, au sud du Japon. S'ensuit un naufrage, obligeant l'innocente Lara à user de toutes ses ressources pour survivre sur une dangereuse île habitée par des adorateurs de Himiko, la Reine solaire. Ce cauchemar contraint l'exploratrice en herbe à apprendre à survivre, sur le tas, dans la douleur, et presque contre sa volonté.

Dans les larmes se révèle le caractère de l’héroïne, à toute épreuve, capable de battre n'importe quel adversaire aussi bien avec un simple arc qu'une arme de guerre. Elle est là, la principale raison du succès du reboot : le joueur s'invite dans le passé intime de l’héroïne, une sensation qu'aucun des précédents épisodes ne s’était attaché à offrir avec crédibilité. Dans cette délicate première aventure, le joueur se voit confier la lourde tâche de garder l’héroïne  en vie. Le pari fou de Crystal Dynamics, celui de remanier de fond en comble les codes de Tomb Raider, est réussi. Après 17 années d’existence, la saga Tomb Raider a donc changé radicalement. Et si le visage de la série demeure le même, reste à savoir si Crystal Dynamics transformera durablement l’essai.