NLTO
Not Like The Others

// MAGAZINE HORS NORME POUR HYPERACTIFS DISTINGUÉS //






Suivez-nous
Twitter
Facebook
Rss







Au Japon, l'hôtel des robots





Au Japon, un hôtel géré par des robots vient d’ouvrir près de Nagasaki. Une première.


Au Japon, l'hôtel des robots
La fin d’une époque, et le début d’une autre. Alors qu’à Tokyo, l’hôtel Okura, perle du modernisme des années 60 va être démoli pour être remplacé par deux tours de verre, à 90 kilomètres de Nagasaki, un hôtel géré par des robots a ouvert ses portes. Après, entre robots et dinosaures, le cœur balance. Car les robots de l’Hôtel Henn na hotel sont plutôt du genre dino. Ils accueillent les clients, et surtout, ils se substituent à tout staff humain : les robots sont partout : à la réception, à la consigne et dans les chambres. C’est un vrai trip, une aventure « Gonzo » à la Dr. Hunter S. Thompson, mais sans hallucinogènes. C’est réel. Même si c’est étrange. D’ailleurs, en Japonais, Henn na hotel signifie hôtel bizarre, ou en pleine évolution.

Et c’est le cas. C'est la r-évolution robotique. Ouvert au mois de juillet dernier, l’hôtel est installé dans le parc à thème de Huis Ten Bosch près de Nagasaki dans le sud-ouest de l’archipel. Le concept lui-même est étrange : Huis Ten Bosch reproduit, dit le site de 20 Minutes, « un petit coin de Pays-Bas dans la ville japonaise de Sasebo », ce qui est déjà singulier : Hollande, robots, dinosaures, androïdes, on n’est pas sûr d’avoir compris la corrélation, mais peu importe. Dans cet hôtel - une première - le visiteur est accueilli par trois bots : Nao, le petit humanoïde mis au point par l’entreprise française Aldebaran, un des leaders sur le marché de la robotique et de l’intelligence artificielle, une androïde réceptionniste et le fameux robot dinosaure, « pour plaire aux enfants », explique Hideo Sawada, le directeur de Huis Ten Bosch.

Dans tous les cas, dans cet hôtel high-tech et innovant, à part les voyageurs, il n’y a quasiment que des robots, d’où l’expérience, paraît-il, hors du commun : concierge au bras bionique, bagagiste à l’intelligence artificielle… L’hôtel de 72 chambres est dédié à la robotique : on la trouve « jusque sur la table de nuit, où une créature rose prénommée Tuly qui ressemble à une lampe de chevet reçoit les ordres des invités par commande vocale, gère les lumières, leur donne l’heure ou les informe sur la météo », rapporte 20 Minutes. Malgré tout, dix employés « humains » s’occupent de la sécurité, de la gestion, de la maintenance des robots et du ménage. Ah.
 
Outre le côté ludique de la chose - l'hôtel dont le staff est composé de robots - cela permet d’économiser. La main d'oeuvre robotique est gratuite, sauf son entretien. Ainsi, les prix sont peu élevés, 9 000 yens, soit environ 66 euros pour une nuit. Beaucoup moins cher que les prestations proposées à Tokyo ou à Osaka dans des établissements plus classiques. Le Henn na hotel a en effet, un coût de fonctionnement de 15% inférieur à celui d’un hôtel traditionnel. Et la propulsion dans une autre dimension en plus !