NLTO
Not Like The Others

// MAGAZINE HORS NORME POUR HYPERACTIFS DISTINGUÉS //






Suivez-nous
Twitter
Facebook
Rss







Au lit, mais chacun dans sa chambre





La chambre à coucher est le lieu de bien des contradictions. Elle cristallise les envies de fusions amoureuses, et dans le même temps, elle dénote d’un individualisme grandissant. Résultat, faire chambre à part se pose en solution.


Au lit, mais chacun dans sa chambre
Chambre à part. Le sociologue Jean-Claude Kaufmann se penche sur la chambre à coucher et sur le lit, dans un passionnant essai, Un lit pour deux, paru chez Lattès. Lieu à part dans l'habitation, la chambre à coucher demeure un vaste terrain de recherches. Et le lit également. Pour le sociologue, rapporte le journal Libération, « Le lit est la ligne de front du couple. » Pas moins. Plus largement, la chambre à coucher est un endroit où les comportements sont loin d'être insignifiants. Ces derniers, en apparence anodins, renseignent finalement sur l’évolution de la société : le grand écart entre l’envie de fusion amoureuse et l’individualisme grandissant.
 
C’est la raison pour laquelle, de plus en plus de couples choisissent de faire chambre à part. À titre d’exemple, aux États-Unis, 60% des maisons qui seront construites cette année, auront deux chambres « matrimoniales », selon l’association américaine des constructeurs immobiliers. Dans l’inconscient collectif pourtant, un couple qui fait chambre à part rencontre des difficultés. Ce qui n'est pas forcément le cas. Dans les faits, les chambres séparées s’inscrivent dans un courant de fond, notamment chez les seniors. 
 
De jeunes couples font également ce choix, explique à Libération, le directeur de recherches au CNRS Jean-Claude Kaufmann : « Ces couples séparent ainsi sommeil et sexualité. Ils se créent des rituels de rencontres, pas que des rendez-vous sexuels, mais des moments d’échanges, de complicité pour compenser ce temps perdu au lit ensemble. » Pour le sociologue, c'est une bonne manière de prendre un nouveau départ, de booster ou de réinventer son couple. En rien, sa mort. Même si l’idée de la chambre séparée reste pour beaucoup, synonyme de désamour ou de désaveu.
 
C’est surtout une façon de retrouver un sommeil paisible, exempt de ronflements intempestifs ou de guerre des couettes. Mieux dormir, c’est « être de meilleure humeur et en meilleure forme la journée », témoigne une internaute interrogée par 20 Minutes.fr. Et d’ajouter : « Notre couple se porte beaucoup mieux depuis que nous dormons bien ! » C’est donc tout bénef. Mais encore faut-il avoir les moyens de posséder deux chambres à coucher. Pas toujours facile dans de petits appartements parisiens. Dormir séparé, un luxe, donc ? Oui, comme les reines et les rois.
 
Un lit pour deux, Jean-Claude Kaufmann, (Jean-Claude Lattès).

Au lit, mais chacun dans sa chambre