NLTO
Not Like The Others

// MAGAZINE HORS NORME POUR HYPERACTIFS DISTINGUÉS //






Suivez-nous
Twitter
Facebook
Rss







Aubercy : « Le soulier est un élément de séduction masculine»





Xavier Aubercy, 3ème du nom du très renommé bottier parisien, a accordé au NLTO la faveur d’un entretien. Amoureux du soulier de luxe, le petit-fils du fondateur, offre, aux amateurs passionnés quelques conseils pratiques pour choisir et entretenir leurs paires de souliers.


Pouvez-vous, en quelques mots, nous retracer l’histoire de la maison Aubercy ?

La maison Aubercy a été fondée par mes grands-parents à Paris en 1935. Mon grand-père souhaitait créer une enseigne de prêt à chausser de grande qualité à un prix abordable.

Après la guerre, Arturio Lopez, grande figure de la vie parisienne, permit à mon grand-père de rencontrer les plus grands bottiers anglais. Ces différentes entrevues influencèrent le style Aubercy en y ajoutant un subtil mélange de tradition anglaise et italienne.
Fidèle à l’esprit de la maison, ce n’est que plus tard que nous avons développé le sur-mesure et la Grande Mesure offrant à chaque passionné la possibilité d’imaginer un soulier unique.

Selon-vous, qu’est ce qui fait la singularité de la maison Aubercy ?

Aubercy, c’est plusieurs choses, mais c’est avant tout une histoire et une identité. Celle d’une famille qui a souhaité, depuis trois générations, faire des souliers qui lui ressemblent et les vendre à sa façon. C’est ce qui constitue ma plus grande fierté. La « haute mesure » est chez nous un idéal, une volonté de perfection pour créer des modèles unique au monde. De plus, pour nous, chaque client est unique et à l’image de mon grand-père, je ne fais aucune différence entre eux. Qu’il soit célèbre ou illustre inconnu, j’aime répondre à ses sollicitations et lui faire plaisir.

Aubercy, c’est aussi la dernière maison totalement indépendante à Paris. C’est cette totale indépendance qui me permet de concevoir librement et avec passion des modèles alliant tradition, modernité et qualité. J’ai l’habitude de dire qu’Aubercy c’est 4 A : authenticité, amour, artisanat, artistique.

J’aime croire que c’est grâce à cette singularité que nous avons reçue des mains de l’Etat, en 2016, le label EPV (Entreprise Patrimoine Vivant) distinguant les savoir-faire artisanaux d’excellence.

Comment choisir un soulier de luxe ?

C’est très difficile de choisir une paire de souliers car comme le disait mon grand-père « le vrai luxe est ce qui ne se voit pas ». Mais le premier conseil que je puisse donner est de ne pas se laisser influencer par la communication ou la publicité. Il faut laisser parler son cœur et sa conscience. Il faut choisir un soulier qui nous procure de l’émotion.

Votre œil inconsciemment va s’attarder sur la qualité de la couture, la finesse d’un débordant. Il faut regarder la chaussure, examiner la finesse des courbes, toucher la semelle, sentir le cuir. Une chaussure c’est avant tout un éveil des sens et une allure. J’ai en mémoire cette cliente qui me disait qu’elle regardait trois choses chez un homme, ses mains, sa bouche et ses chaussures. Avec ces « trois regards », elle savait à qui elle avait à faire. Le soulier est un élément de séduction masculine.

Comment bien entretenir ses souliers ? 

Avant tout, un très bon cirage. Un cirage qui sent la cire d’abeille. Certains aiment la cire un peu molle, moi je la préfère plutôt dure pour lui permettre de mieux s’imprégner dans le cuir, sans trop les graisser.

Ensuite, il est important de mettre des embauchoirs, sans tendeur pour ne pas écarter la chaussure mais plutôt creusés pour permettre à la transpiration de mieux s’évaporer.

On dit souvent que ce sont les cordonniers les moins bien chaussés. Quelles chaussures portez-vous ? 

Je ne porte que des Aubercy. Et ce depuis mon plus jeune âge. Je suis d’une certaine manière fier de ce que je fais et fier de la maison Aubercy, c’est aussi une façon de rendre hommage à mon grand père ainsi qu’aux femmes et aux hommes formidables qui travaillent avec moi.

Mais mes chaussures préférées sont les Lupins, avec le masque, un modèle que j’ai dessiné il y a dix ans et que les clients aiment beaucoup.