NLTO
Not Like The Others

// MAGAZINE HORS NORME POUR HYPERACTIFS DISTINGUÉS //






Suivez-nous
Twitter
Facebook
Rss







Capitaine Train s’attaque à la SNCF





C’est l’histoire d’une start-up spécialisée dans la vente de billets de train en ligne . Aujourd’hui, Capitaine Train entend bien concurrencer la SNCF. Pour ce faire, elle vient de lever 5,5 millions d’euros.


La start-up française s’attaque à un mastodonte, la SNCF. La récente levée de fonds de 5,5 millions d’euros conduite par le fonds Alven Capital, devrait accélérer le processus. Et assurer le développement de Capitaine Train en France, mais aussi en Europe.
 
Fondée il y a cinq ans par Jean-Daniel Guyot, l’actuel PDG, la start-up a ouvert au public en 2012. Elle a réussi à séduire utilisateurs et investisseurs en promettant la simplicité. Son crédo : faire de la vente de billets de train en ligne, un acte ludique, ce qui n’est pas toujours le cas sur le site de la SNCF, voyages-sncf.com. En clin d’œil, donc, le slogan résume le concept : « Arrêtez de vous prendre la tête, prenez plutôt le train.»
 
Résultat, aujourd'hui, Capitaine Train se targue d’avoir 460 000 utilisateurs. Le bouche à oreille a parfaitement fonctionné, et de pub, il n’y en n’a pas.  En un clic, il est possible de réserver des billets en France, mais aussi en Europe. Le site propose par ailleurs, des possibilités de voyages qui n’existent pas sur le site de la SNCF. On peut choisir des billets parmi une dizaine de compagnies européennes. Une application mobile est par ailleurs disponible. Elle permet de booker des billets et de récupérer les références d’un trajet.
 
La start-up a vu le jour en 2009. Date à laquelle l'Autorité de la concurrence a intimé à la SNCF de vendre ses billets à la concurrence. Malgré le succès de Capitaine Train, la SNCF et son site voyages-sncf.com restent les leaders incontestables du marché. L’année dernière, ils ont vendu plus de 75 millions de billets, contre Capitaine Train qui en vend 5 000 quotidiennement, ce qui représente 1,8 billets par an. Même si les choses évoluent lentement. Il y a tout à gagner. Jean-Daniel Guyot, le PDG de Capitaine Train explique au Figaro : «Le marché du billet de train est énorme et commence à se libéraliser en Europe.» De quoi, à l’avenir, se prendre moins la tête.
 
 
 

Capitaine Train s’attaque à la SNCF