NLTO
Not Like The Others
// MAGAZINE HORS NORME POUR HYPERACTIFS DISTINGUÉS //





Suivez-nous
Twitter
Facebook
Rss







D'après une enquête de la Nasa, notre civilisation va disparaître dans quelques décennies





Une étude financée par le Centre de vols dans l’espace de la Nasa estime que d’ici quelques décennies notre civilisation industrielle va disparaître. Cette prévision se base sur des calculs mathématiques utilisés pour comprendre la chute des civilisations précédentes. En cause, la surconsommation et le mauvais partage des richesses.


DR affiche du film catastrophe 2012
DR affiche du film catastrophe 2012
Un outil mathématique complexe, appelé HANDY, a été utilisé par des chercheurs pour comprendre les disparitions des civilisations depuis les Mayas jusqu'aux Romains. À partir de ce procédé, les scientifiques constatent que les facteurs sont souvent les mêmes : climat, démographie, eau, ressources naturelles, énergie. Ils estiment aussi que, de manière cyclique, le phénomène de chute se répète tous les 5 000 ans.

Le Centre de vols spatiaux Goddard de la Nasa a financé une étude de ce type appliquée à notre civilisation industrielle. Les résultats sont pour le moins alarmistes puisque, d’après les scientifiques, d’ici quelques décennies nous connaitrons une rupture civilisationnelle.

Surconsommation ou panne économique

Si la nouvelle d’une rupture civilisationnelle dans les dizaines d’années surprend à prime abord, on comprend mieux en regardant les conclusions de l’enquête. Les chercheurs expliquent que les pratiques sociales et anthropologiques de notre temps vont être obligées de changer.

Pour justifier leur constat, ils distinguent deux causes principales. En dressant un état des lieux des facteurs cités plus haut ils prévoient d’abord que la surconsommation aura des conséquences importantes. Le passage du pic pétrolier, les difficultés d’accès à l’eau (pourtant ressource illimitée) ou la surexploitation des terres agricoles, sont autant de facteurs qui ont compté dans les calculs de HANDY.

La deuxième cause possible de la rupture serait la disparition des catégories les plus pauvres. Etant donné que ce sont ces populations qui font marcher l’économie et notamment l’industrie, sans eux la machine économique ne fonctionnerait plus. La mauvaise répartition des richesses est donc montrée du doigt.

Pour éviter un changement radical de mode de vie, l’étude conseille de diminuer la consommation mondiale et de rééquilibrer le partage des richesses. Pour limiter la surconsommation les scientifiques proposent la limitation de la démographie et le développement de sources d’énergie alternatives.