NLTO
Not Like The Others

// MAGAZINE HORS NORME POUR HYPERACTIFS DISTINGUÉS //






Suivez-nous
Twitter
Facebook
Rss







David Hury publie "Pentes Douces", roman du troisième type





Un ovni est sorti en librairie le 15 juin dernier : Pentes Douces de David Hury, aux éditions Riveneuve. Ce roman n’entre dans aucune case : format carré, photographie omniprésente, jeu en ligne… Tournons les pages pour en savoir un peu plus !



Le pari est osé : osé comme cette couverture suggestive, osé comme le format et l’esthétique, osé comme les thèmes abordés. Au premier contact, le livre charme, tout simplement. Format carré, couverture matte et… cette femme au volant d’une Mercedes intérieur cuir rouge. Cette femme, cheveux au vent, une main sur le volant, l’autre remontant le long de sa cuisse. « Toutes les femmes aimeraient être cette femme, assure Béatrice, une booktubeuse très en vue sur les réseaux sociaux. Je la sens libre et fière de ce qu’elle est. On a immédiatement envie d’ouvrir la couverture. » Et là, nouvelle surprise, la photographie noir et blanc est partout. Dès la page 3, avec le tronc de ce cèdre qui se dédouble et qui rappelle les jambes de la conductrice sur la couverture. Mais où va-t-elle nous mener exactement, cette mystérieuse conductrice ?

Sans déflorer l’intrigue du roman, voici quelques pistes. Un homme se réveille dans une chambre d’hôtel, quelque part sur l’Ile-de-Ré. Les draps sont froids. La femme avec laquelle il a passé la nuit, cette femme qu’il aime par-dessus tout, a purement et simplement disparu. L’homme la traquera de Paris à Beyrouth en passant par Dubaï et Kiev. Cette femme, c’est Joana, une Libanaise dont le lecteur apprendra petit à petit l’histoire. Le narrateur, c’est probablement une version alternative de l’auteur, David Hury, même s’il s’en défend. « Ce roman n’est pas autobiographique, mais il ressemble exactement à ce que j’avais en tête, explique ce dernier. J’ai eu la chance d’avoir Riveneuve à mes côtés, éditeur qui a pris le risque de me suivre. Ce roman est en effet constitué à 50% de texte, à 50% de photographies noir et blanc. Ce double langage, c’est le mien. J’ai toujours aimé travailler ces deux facettes. Pourquoi aurais-je dû abandonner l’une ou l’autre pour faire plaisir à d’autres éditeurs plus frileux ? » Cette double casquette, David Hury la cultive depuis plusieurs années. Correspondant de presse et photographe basé à Beyrouth durant dix-huit ans, il a déjà publié plusieurs livres, tous dans des genres très différents, et tous mélangeant les disciplines : littérature et typographie, nouvelles et photographie, chroniques ou documentaires, etc. Pentes Douces est son premier roman… illustré donc. 

David Hury
David Hury

Heureux mélanges des genres

Au cours des treize chapitres, le lecteur est donc surpris de découvrir cette double narration, entre texte et photo. Les images noir et blanc épaississent la dimension polar de l’histoire. Piochées dans les archives de l’auteur ou créées pour le projet, elles résonnent en fonction du texte, au premier degré ou de manière très détournée, comme ces pavés ruisselant après la pluie qui, une fois retournés, ressemblent aux cuisses d’une femme après l’amour. Dans sa narration, l’auteur alterne scènes torrides, prises de position assez critiques sur le monde arabe et ses soubresauts, et regard très circonspect sur la société française qu’il redécouvre à travers les yeux de son narrateur qui, comme lui, se réinstalle en France après de longues années d’expatriation. « Comme tous les auteurs, j’ai voulu écrire un livre que j’aurais bien aimé lire, raconte David Hury. Gamin, j’adorais les films d’espionnage à la James Bond, avec le nom des villes inscrites sur l’écran, d’une scène à l’autre. Je voyageais comme ça ! Et puis j’aime la vie, j’aime aussi les belles histoires d’amour et les belles histoires de cul ! Comme le dit un des personnages du livre, il faut appeler une chatte une chatte. Et quand je vois la réaction des lectrices, elles sont plutôt réceptives à ma façon de mettre des mots sur ces scènes déconseillées aux moins de 18 ans. » Espionnage, histoire du Proche-Orient et surtout du Liban que l’auteur connaît par cœur, histoire d’amour à la verticale et à l’horizontale, Pentes Douces a tout du « roman de l’été » comme le présente la maison d’édition. Mais ce n’est pas tout.

Retrouvez le chapitre manquant

En effet, Pentes Douces ne se contente pas d’être un simple roman, c’est une expérience globale. Elle a commencé bien en amont, dès le printemps dernier, à travers le site web dédié au livre et aux différents comptes sur les réseaux sociaux, entre Facebook et Instagram. « Nous n’avons pas la puissance de feu des grandes maisons d’édition, nous ne pouvons pas payer des campagnes publicitaires pharaoniques dans le métro, explique l’auteur qui s’est mué en chef d’orchestre pour la campagne de teasing avant la sortie du roman. Nous avons donc abordé la promotion de manière alternative. » Par de petits clips sur YouTube, par une campagne de financement participatif en mars dernier sur KissKissBankBank, par des photographies simulant des campagnes d’affichage à Paris, Beyrouth et ailleurs. L’objectif est alors de faire parler du projet sans passer par les canaux traditionnels. La recette fonctionne. Le livre est finalement lancé le 13 juin dernier à Paris, dans un studio photo du 11e arrondissement. Et question photographies justement, l’auteur met en vente des tirages numérotés de chacune des 93 planches du livre via son site web. Les collectionneurs n’ont plus qu’à faire leur shopping.

Dernier élément de l’aventure : dans le tout premier clip sur YouTube, une voix rocailleuse invitait les futurs lecteurs à « mettre la main sur le chapitre manquant ». « Cela fait partie du projet depuis le départ, j’avais envie de jouer sur plusieurs tableaux, explique David Hury. Il y a un trou entre deux chapitres, même si le roman est totalement compréhensible tel qu’il a été publié. Mais en s’inscrivant sur le site web du livre, les lecteurs pourront bientôt commencer une sorte de chasse au trésor, à la recherche de mots de passe qui leur permettront de trouver ce chapitre supplémentaire. » Personne ne sait encore de quoi il sera constitué. Pour le savoir, vous savez ce qu’il vous reste à faire.