NLTO
Not Like The Others
// MAGAZINE HORS NORME POUR HYPERACTIFS DISTINGUÉS //





Suivez-nous
Twitter
Facebook
Rss







Décidément bref, Vine va être fermé par Twitter qui l’avait achetée en 2013





Twitter a annoncé la fermeture à venir de Vine faute d’audience et de plan de monétisation. L’application qui propose la lecture en boucles de vidéos de six secondes avait été racheté en 2013 par le réseau social, une stratégie semble-t-il mal sentie.


Pas assez d’audience ni de revenus, Vine va fermer dans quelques mois. C’est Twitter, propriétaire de l’application depuis 2013 qui a décidé de mettre un terme à l’aventure. « Depuis 2013, des millions de personnes se sont tournées vers Vine pour rire devant des boucles et admirer la créativité des internautes (…) Notre application mobile va fermer dans quelques mois » explique Twitter dans un article publié sur un média spécialisé.
 
Les vidéos publiées ne seront pas supprimées et resteront disponibles à la lecture mais on ne pourra plus s’inscrire ni publier de nouveaux contenus, c’est la fin d’une brève aventure, comme un clin d’œil pour le concept de l’application. « Créée en 2013, Vine avait été rachetée dans la foulée par Twitter. Elle avait vite été investie par des internautes, surtout jeunes. Son principe de base, des vidéos de 6 secondes en boucle, faisait de Vine un ovni en ligne, mais aussi le lieu d'une créativité débridée. On y trouvait de l'humour, des musiciens, du sport, de l'opinion. Vine a donné naissance à plusieurs célébrités en ligne, comme l'Américaine Lele Pons ou le Français Jerome Jarre. Il était aussi le foyer d'un pan de culture Web drôle, étrange et parfois poétique, comme on en voit désormais rarement sur les réseaux sociaux » commente Le Figaro .
 
Si un public a été trouvé tout de suite, Vine n’a jamais réussi à dépasser cette base de fans. «  Elle avait 200 millions d'utilisateurs actifs mensuels, là où Twitter en revendique 317 millions. Mais Vine a beaucoup souffert de la concurrence d'autres services comme Instagram, qui propose lui aussi des vidéos courtes, ou plus récemment Snapchat, où de nombreux «vineurs» célèbres disposent désormais d'une large audience. Certains lui préféraient aussi YouTube, qui proposent à ses utilisateurs les plus populaires de se rémunérer grâce à un partage des revenus publicitaires, ce qui n'était pas le cas de Vine » poursuit le quotidien français.
 
Déjà à la recherche de solutions de monétisation pour son vaisseau amiral, Twitter va désormais se focaliser là-dessus. Une annonce qui a beaucoup déplu le cofondateur de Vine Rus Yusupov qui s’est empressé de commenter « Ne vendez pas votre entreprise ! ». Paradoxe suprême c’est bien avec son compte Twitter que Yusupov a commenté cette annonce et non sur Vine.