NLTO
Not Like The Others

// MAGAZINE HORS NORME POUR HYPERACTIFS DISTINGUÉS //






Suivez-nous
Twitter
Facebook
Rss







Découverte d’une empreinte d’un dinosaure de douze mètres de haut en Bolivie





La trace d’un dinosaure de douze mètres de haut, courts sur membres et se déplaçant sur ses pattes arrières vient d’être découverte en Bolivie. Agé de quelques soixante-dix millions d’années, l’empreinte trouvée est d’une taille record.


Source Twitter compte CNN
Source Twitter compte CNN
« Un monstre de 12 mètres de haut, aux courts membres avant et se déplaçant sur ses pattes arrières, à la manière du tyrannosaure... C'est un spécimen de ce type, l'Abelisaurus, qui a pu laisser son empreinte, il y a 70 millions d'années, dans le sol bolivien. La trace du dinosaure a été découverte il y a quelques semaines dans la région de Sucre » annonce Le Parisien.
 

Empreinte trouvée lors d’une randonnée

Tout a commencé comme dans un film. En juin dernier un guide touristique local marchait dans un cratère et découvre une empreinte de dinosaure de 1m20 de long. Alerté par la nouvelle, un paléontologue argentin, Grover Marquina, s’est rendu sur place pour étudier la trace. C’est lui qui a estimé qu’il s’agissait d’un Abelisaurus, espèce qui d’après les scientifiques, mesurait parfois jusqu’à douze mètres de haut. « La bête n'était toutefois pas le plus grand de ses congénères. C'était même un petit gabarit, comparé à l'Argentinosaurus, qui pouvait faire la taille d'un immeuble de six étages, pour un poids de près de 100 tonnes. L'Abelisaurus vivait en Amérique du sud il y a 70 millions d'années. Il appartient à la famille des théropodes, comme les tyrannosaures : des animaux carnivores, bipèdes, aux membres avant de petite taille mais dotés de griffes mobiles » ajoute Le Parisien.

Les découvertes de nouveaux éléments ou restes sur des dinosaures est toujours cruciale tant on en sait peu sur la plupart des espèces répertoriées. Dans ce domaine qui fait beaucoup fantasmer, les théories les plus abracadabrantesques ont été défendues puis reniées par la communauté des paléontologues. Pour ce qui est de l’Abelisaurus, hormis cette trace, les scientifiques ne disposent que d’un crâne duquel ils ont déduit un certain nombre d’éléments sujets à la discussion.