NLTO
Not Like The Others

// MAGAZINE HORS NORME POUR HYPERACTIFS DISTINGUÉS //






Suivez-nous
Twitter
Facebook
Rss







Des scientifiques contrôlent les rêves par des stimuli électriques





Des universitaires allemands publient une étude sur un procédé qu’ils ont mis au point pour contrôler les rêves. Par un léger courant électrique dirigé sur une partie précise du cerveau, ils sont capables de faire comprendre au dormeur qu’il s’agit d’un rêve. Ainsi, il serait désormais possible d’agir sur l’état de conscience des songeurs. Empêcher les cauchemars pourrait devenir possible avec d’autres utilisations thérapeutiques.


Le rêve de Dali
Le rêve de Dali
Une fois de plus, la communauté scientifique semble rattraper l’imaginaire. Alors que le contrôle des rêves est un sujet de science-fiction de prédilection, des scientifiques allemands semblent avoir fait un grand pas dans cette direction.

Dans une étude, ces chercheurs de l’Université de Goethe à Francfort affirment être capables de faire réaliser aux rêveurs qu’il ne s’agit pas de la réalité. Pour ce faire, ils utilisent un léger courant électrique indolore (entre 2 Hz et 100 Hz) dirigé vers les zones frontales et temporales du cerveau. Des expériences concluantes ont été menées après que les chercheurs découvrent que lors des rêves dits lucides se produit une activité électrique particulière. Grâce à des électroencéphalogrammes ils ont enregistrés ces ondes gamma pour ensuite les reproduire.

Cette manipulation des rêves est possible lors du sommeil paradoxal, moment où les rêves dont on se souvient se manifestent. Les expériences ont pu être menées lorsque ce type de sommeil – l’un des quatre qui existent avec l’endormissement, le léger et le profond – excédait trois minutes.
Les vingt-sept cobayes ont expliqué que durant les expériences de rêve, ils étaient spectateurs des actions des rêves et donc pleinement conscients de rêver.

Outre cette avancée scientifique intéressante, les chercheurs ont indiqué que des utilisations thérapeutiques sont sur le point d’être développées. Modifier l’état de conscience pourrait ainsi être utile pour le traitement de pathologies psychiatriques. Les personnes touchées par la schizophrénie ou par des hallucinations pourraient ainsi bénéficier de cette découverte. Les cauchemars, causés par des expériences traumatiques ou autres, pourraient aussi être mieux contrôlés grâce aux stimuli électriques développés.

Plus largement il s’agit d’un pas dans la compréhension du cerveau et des possibilités d’action et de traitements sur des troubles très complexes.