NLTO
Not Like The Others

// MAGAZINE HORS NORME POUR HYPERACTIFS DISTINGUÉS //






Suivez-nous
Twitter
Facebook
Rss







Ed Banger : lumière sur l'un des blasons internationaux de la musique électronique française





Ignorée, sous-estimée, voire raillée par les critiques pendant un certain temps, la musique électronique française retrouve sa splendeur et sa notoriété depuis l'avènement du label Ed Banger. L'enseigne fête ses 10 ans en 2013, une occasion en or de rendre hommage à la plus grande vitrine du savoir-faire des DJ's et artistes électro-pop de l'Hexagone à l'échelle internationale.


Ed Banger : lumière sur l'un des blasons internationaux de la musique électronique française

Dix ans riches en découvertes

Outre Serge Gainsbourg, Jean-Michel Jarre et MC Solaar, rares sont les artistes français à s'être illustrés sur la scène internationale, en particulier durant les années 80-90. La discrétion des frenchies est encore plus flagrante dans l'univers électro-pop house, un domaine alors dominé par les Nord-Européens, les Anglais et les Américains. Et pourtant, ce ne sont pas les talents qui manquent dans l'Hexagone. La musique électronique à la sauce française aurait peut-être connu un destin plus sombre sans l'intervention du label Ed Banger. Au début des années 2000, le monde commence à peine à s'intéresser au savoir-faire des Français en la matière après la consécration des Daft Punk. Opportuniste, le manager du duo casqué profite de cette popularité pour lancer la griffe Ed Banger Records en 2003. Fort de son expérience avec Guy-Manuel de Homem-Christo et Thomas Bangalter, Pedro Winter – lui-même DJ et compositeur – se lance à la recherche des talents capables de porter la musique électro française au niveau international. « Busy P. » s'illustre coup sur coup avec la signature de Justice, Uffie, Feadz, Mr Oizo et du regretté DJ Mehdi. Ces artistes mélangeant pêle-mêle des influences funk, électro, house, pop et disco dans des productions appelées à devenir le porte-fanion de la musique électronique française à travers le monde. Des clubs branchés de Berlin aux discothèques de Tokyo, en passant par les studios hollywoodiens et la scène underground de New York, les disques de ces Frenchies s'attirent les bonnes grâces de tous les amateurs de musique électronique.

Ambassadeur international de la « French touch »

Une remarque cynique du magazine anglais Mixmag en 1997 illustre parfaitement l'enthousiasme autour de la  fameuse « French touch ». D'après la revue, après un demi-siècle à proposer des « ramassis » de morceaux d'Indochine, de Johnny Hallyday ou de Michelle Torr, les Français se mettent soudainement produire une musique émerveillent amateurs de pop et clubbers du monde entier. On ne comprendra peut-être jamais assez l'humour et le goût des Anglais. Une vérité est néanmoins acquise : les Britanniques, grands amateurs de musique pop, ne tarissent pas d'éloges lorsqu'on parle de musique électronique estampillée « French touch ». Ed Banger fait justement de ce courant musical son crédo officiel. Dans la pénombre des pontes du genre comme Air, Phoenix et Daft Punk, les artistes couvés par Ed Banger prennent part au rayonnement du son électronique made in France aux quatre coins du monde. Ils ouvrent en même temps la voie aux nouvelles générations, emmenées par les C2C, Kavinsky, Breakbot, Mickey Moonlight et autre Riton. Il suffit d'observer l'omniprésence des morceaux réalisés par ces artistes dans les films, les jeux vidéos, les festivals de musique électro et les radios pour se rendre compte de l'aura de la « French touch ».

Un label amené à perdurer

Après dix ans à véhiculer le meilleur de la musique électronique française dans le monde, aucun des dirigeants d’Ed Banger ne compte raccrocher. Pourquoi donc abandonner en si bon chemin, alors que la mayonnaise « French touch » commence à prendre et régale les palais de millions de fans de par le monde ? Derrière les figures emblématiques du label se cache une nouvelle vague d'artistes, qui portera demain les couleurs de l'électro made in France. D'autant plus que les deux compères de Justice et leur célèbre croix occuperont pendant encore un moment les têtes d'affiche de la maison. La célébration du 10e anniversaire du label dans la Grande Halle de La Villette illustre à merveille l'engouement intact autour des artistes produits par l'enseigne parisienne. Des post-adolescents tout juste sortis de la folie Justin Bieber aux quadragénaires nostalgiques, sans oublier les trentenaires branchés et les hipsters, la musique vendue par Ed Banger fédère toutes les générations en mal de mélodies catchy. La fête a également rassemblé sur la chaîne YouTube de la maison des milliers de mélomanes, qui viennent de découvrir ou qui suivent depuis toujours la magie à la française. Ce triomphe est le fruit de plus de dix ans d'expérimentations et de découverte de sons groovy, captivant et romanesque, mais pas seulement. Ed Banger a aussi bâti son succès sur un modèle artistique unique, imaginé par le designer/réalisateur So Me, autre figure artistique de la boutique. Presque tous les spectacles du label portent la signature de ce créateur, qui compte à son actif des clips de Barbara Streisand, de Kanye West, de MGMT et de bien d'autres noms de l'univers électro.