NLTO
Not Like The Others

// MAGAZINE HORS NORME POUR HYPERACTIFS DISTINGUÉS //






Suivez-nous
Twitter
Facebook
Rss







Facebook lance un outil de prévention des suicides





Le réseau social lance une fonction de prévention des suicides. Les proches de personnes à risque pourront ainsi signaler les messages ou comportements suspects qui semblent indiquer un passage à l’acte imminent.


Pixabay - Image libre de droit
Pixabay - Image libre de droit
Facebook a annoncé mercredi 15 juin le lancement d’une fonction de prévention des suicides. Tous les utilisateurs du réseau social le plus populaire du monde auront la possibilité de signaler des personnes jugées à risque lorsqu’elles donnent des signes qui laissent présager qu’elles sont sur le point de passer à l’acte.

« Avec l'aide de ces nouveaux outils, si quelqu'un publie sur Facebook quelque chose qui vous inquiète, vous pouvez contacter cet ami directement et vous pouvez aussi nous le signaler. Nous avons des équipes dans le monde entier, 24 heures sur 24, qui passent en revue ces signalements » avance Facebook par communiqué.

« Concrètement, les membres du réseau social pourront signaler ces contenus via le menu déroulant avec lequel les internautes signalent déjà les publications inappropriées. Une sous-catégorie sera simplement ajoutée à la liste. Selon Facebook, les contenus suicidaires auront la priorité sur les autres signalements au sein de l'équipe chargée de les traiter 24 heures sur 24 et sept jours sur sept » précise RTL. Jusqu’ici cette fonction étaient réservées aux utilisateurs anglo-saxons du réseau social.
 

Bonne volonté discutable

L’outil est développé alors que les faits-divers sordides liés aux réseaux sociaux se multiplient. Les adolescents notamment ou les personnes fragiles utilisent fréquemment ces outils numériques pour lancer des appels à l’aide ou publier des messages qui laissent présager le pire.

En prenant ses responsabilités Facebook manifeste une bonne volonté à première vue indiscutable. Pourtant, la fonction ne fait pas l’unanimité. Pour certains spécialistes, le fait de donner l’occasion à n’importe quel utilisateur de signaler quelqu’un peut causer des effets négatifs sur une personne qui ne serait pas sur le point de se donner la mort. Par ailleurs, on comprend mal ce que les modérateurs de Facebook peuvent faire pour une personne désespérée que les secours traditionnels ou une discussion d’ami à ami pourrait tenter.