NLTO
Not Like The Others

// MAGAZINE HORS NORME POUR HYPERACTIFS DISTINGUÉS //






Suivez-nous
Twitter
Facebook
Rss







Faire parler les tables





De la baisse des ventes de tables de ping-pong à la santé des start-up californiennes, il n’y a qu’un pas, pour tirer des conclusions sur leur activité économique.


Faire parler les tables
Table de ping-pong et activité des start-up. Aussi étrange que cela puisse paraître, il existe un lien entre les deux. Plus précisément, une corrélation entre la baisse des ventes de tables de ping-pong et la santé des start-up californiennes. C’est le très sérieux Wall Street Journal qui l’affirme, et ses arguments ne sont pas tirés par les cheveux. Au-delà de l’anecdote, le marché des tables de ping-pong serait en effet un excellent indicateur de la santé financière et économique des entreprises du Net et des nouvelles technologies dans la Silicon Valley.

Jusqu’à présent, dans les entreprises californiennes de la Net Économie, le tennis de table faisait office de défouloir pour les créa et autres startupers. Aujourd’hui, leurs ventes, notamment si elles baissent, peuvent faire penser que les entreprises rencontrent des difficultés. Pour en arriver à ce constat de cause à effet, le journaliste du Wall Street Journal, Zusha Elinson, a enquêté dans un magasin spécialisé installé non loin du siège de plusieurs sociétés. Et là, surprise : « jusqu’à la fin 2014, Twitter commandait régulièrement des tables de ping-pong chez Billiard Wholesale, un magasin de San José. Et, d’un coup, il a arrêté de le faire. »

Le Wall Street Journal se base sur ces chiffres : « au premier trimestre 2016, les ventes de tables de ping-pong ont chuté de 50 % par rapport au trimestre précédent. Sur cette période, le financement des start-up américaines a baissé de 25 % au regard du Dow Jones ». Un indice fiable, pas fiable ? Dans tous les cas, « le fait de posséder ou non et de renouveler ou non son arsenal de table de ping-pong dit tout de même quelque chose de l’état financier de ces firmes », explique Zusha Elinson. Et voilà comment les start-up de la Silicon Valley font parler les tables...