NLTO
Not Like The Others

// MAGAZINE HORS NORME POUR HYPERACTIFS DISTINGUÉS //






Suivez-nous
Twitter
Facebook
Rss







Janvier est le mois de la relance pour toute la zone euro sauf la France





L’enquête mensuelle de Markit publiée jeudi 23 janvier montre que le secteur privé de la zone euro est en croissance pour le premier mois de 2014. La France est le seul pays en contraction.


L’indice PMI est constitué grâce à la collecte de réponses de milliers d’entreprises de la zone euro. Il propose un indice mensuel à partir de ces résultats, lorsque celui-ci est au dessus de 50 c’est qu’une croissance a été enregistrées, en dessous une contraction. Pour le mois de janvier il a conclu son enquête par un indice provisoire de 53,2 contre 52,1 en décembre. C’est le niveau le plus haut depuis mi-2011 et le septième indice consécutif qui dépasse 50.
 
« La reprise de l'Eurozone continue de s'intensifier en janvier. La hausse de l'indice PMI permet de miser sur une croissance du PIB de la région de l'ordre de 0,4% à 0,5% au premier trimestre » a expliqué à Reuters Chris Williamson, chef économiste à Markit.

France point noir de l’enquête

La croissance s’accélère donc partout depuis quelques mois sauf en France. A tel point que Williamson estime que l’Hexagone pourrait « freiner la reprise de la région au cours des mois à venir. »
 
L’indice de la France est passé en dessous de la barre de 50 en novembre. Il se fixe à 48,5 pour janvier contre 47,3 en décembre. L’agence de presse compare ces chiffres à ceux de l’Allemagne où  « l'indice Flash PMI composite a atteint 55,9 contre 55,0 en décembre, marquant un neuvième mois de croissance pour le secteur privé. L'indice du secteur manufacturier a grimpé à un plus haut depuis mai 2011 de 56,3, contre 54,3 en décembre, alors que l'indice des services n'a que légèrement progressé à 53,6 contre 53,5.» La différence est telle à l’intérieur du « tandem franco-allemand » que Chris Williamson estime en vient à souligner que « la croissance trimestrielle allemande devrait compenser l'état stationnaire de l'économie française ». Selon l’institut de sondage, c’est surtout le manque de confiance des patrons français en leur gouvernement qui justifie ces résultats.
 
Les indices définitifs devraient être publiés entre le 3 et le 5 février.