NLTO
Not Like The Others
// MAGAZINE HORS NORME POUR HYPERACTIFS DISTINGUÉS //





Suivez-nous
Twitter
Facebook
Rss







Ken Loach au secours du NPA





Le réalisateur britannique Ken Loach appelle les « camarades » à soutenir financièrement le Nouveau Parti Anticapitaliste. Ce n’est pas la première fois que le cinéaste démontre son engagement d'extrême gauche.


«  On lance un appel à la population, aux salariés, au peuple de gauche qui pensent que la voix anticapitaliste doit se faire entendre » disait Philippe Poutou en 2013 pour lancer une campagne de collecte de fonds. « On n'a plus de financement public suite à nos petits scores électoraux aux législatives de l’année dernière » disait-il. Au moment de l’appel à « soutien financier » de Ken Loach, le parti affirmait avoir réussi à réunir 360 000 euros du million recherché.

Le réalisateur britannique à succès a posté une vidéo de soutien sur son site internet le 12 février. On l’entend dénoncer les programmes d’austérité et le capitalisme. Celui à qui on doit Sweet Sexteen ou Looking for Eric (avec et sur Eric Cantonna) veut que le NPA puisse rendre son combat anticapitaliste plus audible pour protéger « les personnes les plu vulnérables. » Pour lui, « nous avons besoin d’une voix forte de la gauche » pour identifier que « le capitalisme est le problème. »

Pas une première pour Loach

Ce n’est pas la première fois que Ken Loach témoigne de son soutien pour le NPA. D’après Europe 1, lors de la sortie de son film Looking for Eric en 2009, il avait déjà manifesté sa sympathie pour le mouvement d’extrême gauche.

Loach a fait connaître son cinéma en s’attachant à faire ressortir de ses films la misère et les difficultés des milieux les plus pauvres de Grande-Bretagne. D’abord par des réalisations de docu-fiction puis de films qui s’intéressent surtout au chômage et à l’exclusion sociale. En 2006, il reçoit la Palme d’or au Festival de Cannes pour Le Vent se lève, avec un film sur l’indépendance irlandaise qui alimenta de nombreux débats.

Reconnu pour ses talents de cinéaste, il n’a jamais caché son engagement politique. En 2004, il est élu conseiller politique du parti britannique d’extrême gauche Respect.