NLTO
Not Like The Others

// MAGAZINE HORS NORME POUR HYPERACTIFS DISTINGUÉS //






Suivez-nous
Twitter
Facebook
Rss







L’avion modulaire selon Airbus





Le brevet de l’avionneur Airbus, afin d’optimiser l’embarquement et le débarquement de ses aéronefs, vient d'être validé. Les avis sont très partagés.


L’avion modulaire selon Airbus
Avion en kit, cabine modulaire et combinable. Des avions qui se remplissent comme des camions… C’est ce que révèle le site The Verge, qui s’est procuré le brevet d'Airbus. Ce dernier a été déposé par l’avionneur français en février 2013. Il vient d’être validé par l'instance américaine chargée d'émettre des brevets et des marques déposées aux États-Unis, le United States Patent and Trademark Office. Il ne laisse personne indifférent, surtout les phobiques de l'avion !
 
Dans les faits, il s’agit d’un nouveau type d’aéronef. Son but est de réduire au maximum les phases d’embarquement et de débarquement des passagers et de leurs bagages. Elles prennent trop de temps, entre trente minutes pour le plus rapide, à une heure pour le plus long, et encore. Pendant ce temps, l’avion est immobilisé au sol. Non seulement, cette étape prend du temps, mais en plus, elle ne rapporte rien. Et comme le temps, c’est de l’argent, les avionneurs, dont Airbus, ont décidé d’y remédier…
 
Pour ce faire, le brevet d’Airbus prévoit de « scinder » l’avion en plusieurs parties ou modules. Il deviendra ainsi modulable : d’un côté, on trouvera une cabine amovible, et de l’autre, le cockpit, les ailes et la queue. Un avion en kit ? Presque. Le concept s’inspire de celui qui sert à « charger et décharger les remorques des poids lourds », cite le site de 20minutes.fr. Gloups. Poids lourds, avions...
 
Dans la pratique, les passagers seront invités à s’installer dans la cabine composée « d’un plancher, une partie supérieure de fuselage relié au plancher, et d’un mur à chaque extrémité – avant même que le reste de l’avion n’arrive. » Ensuite, cette cabine amovible pourra être installée sur le « dos » de l’avion. Et roule ma poule. Pas de panique toutefois, le projet n’en est qu’au stade de brevet. Oui, mais quand-même, ça fait un peu peur non, l'avion emboîtable ?