NLTO
Not Like The Others
// MAGAZINE HORS NORME POUR HYPERACTIFS DISTINGUÉS //





Suivez-nous
Twitter
Facebook
Rss







L’écran de mobile cassé qui s’auto répare





Des ingénieurs américains, ont réussi à mettre au point un produit qui répare tout seul les écrans de smartphone. C’est un peu la révolution : on parle de fissures sur la surface de trois centimètres de large.


Exemple de fissure
Exemple de fissure
Un écran de portable cassé ? La petite tragédie quotidienne des gens connectés, va bientôt perdre en intensité et en stress. En effet, ce nouveau plastique créé à partir de polymère, est capable de réparer tout seul des fissures. Des chercheurs viennent de mettre au point ce plastique nouvelle génération, intelligent, tout comme on aime.
 
Ses utilisations futures dépasseront le cadre des écrans de portable, ce qui représente déjà une avancée énorme. Il pourrait servir à résorber des failles dans des canalisations ou des puces abîmées contenues dans un ordinateur… Si depuis quelques années les progrès en matière de plastique auto réparables ont été faits, la découverte de ces chercheurs de l’Université de L’Illinois aux Etats-Unis, représente un  pas en avant considérable : il serait capable de réparer des fissures faisant jusqu’à trois centimètres de large, soit, des trous à peu près cent fois plus grands que ceux que l'on pouvait réparer, il y a quelques années.
 
Pour mettre au point cette innovation, les chercheurs ont analysé le processus de circulation du sang. Ce plastique high-tech est composé d’un maillage de membranes via lesquelles circule une substance chimique capable de colmater les zones endommagées. Ces produits chimiques arrivent par deux canaux différents. Ils se combinent ensuite pour restaurer les fentes. Ils agissent successivement. D’abord, ils génèrent une sorte de gel qui va se placer sur la fissure. Dans la seconde phase, le gel se rigidifie et colmate ainsi les fissures, sur le principe du sang qui coagule.
 
Ces avancées ont été publiées dans la revue américaine Science, et les chercheurs affirment avoir réparé des surfaces supérieures à 3, 5 centimètres, en l’espace de vingt minutes. Par ailleurs, en trois heures, le téléphone s’est remis à fonctionner. Malgré tout, ils confient que des progrès sont nécessaires, notamment en terme de souplesse du matériau.

Au-delà des smartphones, ce plastique polymère va évoluer vers d’autres usages, vers des matières plus souples qui seront capables de rectifier des objets ou surfaces troués par des impacts de balles. Là, on préfère nettement laisser tomber son portable par terre.