NLTO
Not Like The Others

// MAGAZINE HORS NORME POUR HYPERACTIFS DISTINGUÉS //






Suivez-nous
Twitter
Facebook
Rss







L’éditeur « low cost »





Librairies éphémères et surtout livres jeunesse à très bas prix. Voilà comment l’éditeur Vincent Safrat a mis les livres à la portée des plus démunis.


L’éditeur « low cost »
Dans son édition 2015, qui se tiendra à Paris, en septembre prochain, le Monde Festival a pour thème, « Changer le monde ». Du coup, le quotidien se fait l’écho de différentes initiatives qui vont dans ce sens. Celle de l’’éditeur jeunesse Vincent Safrat est à saluer. En 1992, il se lance dans l’aventure, et fonde l’association « Lire c’est partir ». Pari réussi. Aujourd’hui, il a vendu plus de deux millions de livres jeunesse à 0,80 centimes d’euros. Même si parallèle, son modèle économique est viable. Et utile ! Plus œuvre sociale que maison d’édition, mais aucune importance. L’important est que les enfants lisent.
 
Âgé d’une cinquantaine d’années, Vincent Safrat a d’abord récupéré les livres invendus destinés au pilon, c’est à dire à la destruction. Malheureusement, les éditeurs jeunesse n’ont pas toujours suivi. Ensuite, il a commencé par auto-éditer à la maison, imprimer en circuit fermé, vendre à prix coûtant, et assurer lui-même la distribution dans les écoles ou les squares. Résultat, il donne accès aux enfants défavorisés aux livres : « J’entends dire que c’est dur de faire lire les enfants (…) Mais moi, je les vois se jeter sur les bouquins ! (…) Les gens les plus pauvres peuvent acheter des livres à leurs enfants, qui ont envie de lire », dit-il au Monde. Comme quoi.
 
Surnommé l’éditeur des pauvres, ou l’éditeur low cost, il vend des livres à très bas coût, moins d'un euro. Le circuit est court, sans intermédiaire. Et ça marche ! En 2013-2014, il a ainsi vendu « 2,2 millions de livres jeunesse », rapporte Le Monde. Son crédo optimiste n'est pas si utopiste : « lutter contre la misère avec le livre comme moyen d’émancipation. » Aujourd’hui, l’ancien Rmiste possède cinq camionnettes pour les livraisons, et emploie treize personnes. Sa production depuis 1998 : plus de 400 ouvrages publiés ainsi que des titres tombés dans le domaine et récupérés, des auteurs et dessinateurs « payés au forfait », explique Le Monde. Sans oublier les manuscrits arrivés par la Poste. Soit des ventes en augmentation de 100 000 exemplaires par an.
 
Une aubaine pour les coopératives scolaires de ZEP, les zones d’éducation prioritaire, ou de certains quartiers ou banlieues défavorisés, qui ne réussissent pas à collecter assez d’argent auprès des parents. De la même façon, pour beaucoup, entrer dans une bibliothèque et a fortiori dans une librairie, reste intimidant. Pour beaucoup, la culture garde un côté élitiste. Alexandre Jardin dit de lui : « Je n’ai jamais vu un type aussi profondément passionné par l’édition et désintéressé par l’argent. » Vincent Safrat est en effet venu le voir un jour, déstabilisé et ne sachant pas quoi faire de ses 200 000 euros de bénéfices ! « Il fait le boulot du ministère de la culture sans rien demander, avec une capacité à passer outre les blocages en raisonnant autrement », raconte l’auteur du Zèbre, lui-même fondateur du mouvement « Bleu, Blanc, Zèbre ». Changer le monde ? C’est exactement de cela dont il s’agit.
 
 
 

L’éditeur « low cost »