NLTO
Not Like The Others

// MAGAZINE HORS NORME POUR HYPERACTIFS DISTINGUÉS //






Suivez-nous
Twitter
Facebook
Rss







La courbe du moral des ménages s’inverse enfin





Par communiqué l’Insee a annoncé que le moral des ménages a atteint son niveau d’avant la crise financière. A 100 point, il est à un niveau normal pour la première fois en dix ans, reste maintenant à voir si cette mesure se vérifie dans ses effets sur la consommation.


ILD
ILD
En janvier 2017, le moral des ménages français redevient normal après dix ans en berne. C’est ce qu’on retient du communiqué de l’Insee qui annonce que son indice en la matière atteint le seuil des cent points après avoir gagné un point par rapport à décembre. Une information qui ne peut être comprise que si l’on rappelle que cet indice retrouve pour la première fois sa moyenne d’avant 2008 et la crise des subprimes.
 
« L'Insee établit cet indicateur à partir de questions divisées en deux grandes catégories: l'une portant sur la situation personnelle des ménages, l'autre sur leur perception de l'évolution économique en général. En janvier, l'opinion des ménages sur leur situation financière personnelle future a gagné trois points, pour retrouver son niveau moyen de longue période » détaille Le Figaro.
 
Du point de vue économique, ce seuil symbolique ne devrait pas changer grand-chose puisque la variation reste faible et que dans le domaine de la consommation les personnes interrogées n’affirment pas avoir envie de changer leurs habitudes. « La proportion de ménages estimant qu'il est opportun de faire des achats importants est pour sa part resté quasi stable, le solde correspondant ayant perdu un point, tout en restant bien au-dessus de sa moyenne de longue période. Le solde d'opinion des ménages sur leur capacité d'épargne future est lui aussi resté identique, même si le nombre de ménages jugeant "opportun d'épargner" a augmenté, regagnant les cinq points perdus en décembre » lit-on plus loin.
 
De son côté l’AFP rappelle que « Le moral des ménages est un élément-clé pour évaluer le niveau à venir de la consommation, moteur important de la croissance en France avec l'investissement ». L’agence de presse cite l’économiste Olivier Vigna, qui affirme que « la hausse de l'inflation compensera les gains attendus de l'amélioration récente du marché de l'emploi, tandis que les incertitudes politiques en France et aux États-Unis devraient croître. »