NLTO
Not Like The Others

// MAGAZINE HORS NORME POUR HYPERACTIFS DISTINGUÉS //






Suivez-nous
Twitter
Facebook
Rss







La dégustation du whisky





De nombreux amoureux de ce breuvage captivant observent des principes assez méconnus par le consommateur lambda pour en distinguer chaque arôme. Ils adoptent ainsi des techniques particulières à appliquer pour le déguster dans les règles de l'art. À l'instar des grands vins, percevoir le goût de cette boisson alcoolisée d'origine irlandaise et écossaise, puis en apprécier les multiples subtilités repose sur une approche assez délicate, mais facilement réalisable. Coup de projecteur sur la meilleure manière de déguster un bon whisky avec modération.


La dégustation du whisky

Le visuel, premier contact des sens avec un whisky

 La plupart de nos sens sont appelés à être satisfaits lors d'une dégustation en bonne et due forme. Il en va ainsi de la vision, le premier sens qui doit réagir dès la prise en main du verre. D'abord, il s'impose de bien examiner l'aspect, la couleur et la teinte du whisky. Porter le verre à la lumière est souvent indispensable, afin de constater son apparence et d'imaginer les différentes caractéristiques du whisky rien qu'en observant cette teinte et cette robe unique. Le type de fût que le producteur a utilisé pour la maturation et le vieillissement du whisky peut d'ores et déjà être identifié à partir de cette première observation. Autre particularité intéressante : l'âge de la liqueur peut également être déterminé dès ce premier contact visuel, cela grâce à la viscosité et à l'épaisseur du whisky qui laisse des traces sur le verre lorsqu'on le remue délicatement en faisant un mouvement circulaire. Enfin, dernier élément important, le filtrage : plus le ton du whisky est limpide, plus il a été filtré.

Utiliser le sens olfactif, pour humer tous les arômes du whisky

Pour de nombreux puristes, déguster un whisky sans en sentir toutes les saveurs olfactives serait un crime de lèse-majesté. L'importance du sens olfactif dans une dégustation s'avère ainsi essentielle, car c'est le tout premier moment où les arômes se livrent au dégustateur. Approcher doucement le verre de son nez et respirer normalement pour en déceler les premiers arômes est ce qui se pratique habituellement. Une foule de senteurs s'échappe ainsi instantanément du verre de whisky, elles émanent des arômes les plus volatils que la liqueur contient. Une seconde approche permettra de dévoiler d'autres fragrances renfermées, plus subtiles et propres à chaque whisky. Il suffit ainsi de maintenir le verre au-dessous du nez, et de humer profondément tout en le remuant légèrement. De nombreuses caractéristiques du whisky pourront être remarquées à l'issue de cette phase olfactive : ses caractères aromatiques, fruités et iodés, ou encore sa force alcoolique.

L'étape gustative, pour confirmer la senteur des arômes et apprécier la longueur du whisky

Arrive la phase de dégustation. Cette étape s’appelle l’« attaque ». Elle sert à déterminer un autre caractère du whisky, à savoir s’il est sec, épicé ou gras. Pour ce faire, il suffit de quelques gouttes de whisky dans la bouche pour en apprécier les différentes particularités en les passant sur les diverses zones de la langue pendant une dizaine de secondes. Les arômes décelés pendant l'étape olfactive devraient également se confirmer au cours de cette phase d'attaque. Vient ensuite la partie dite du « milieu » qui permet de distinguer la finesse, la profondeur, la linéarité ou la complexité de la liqueur. Sa profondeur traduit par exemple la quantité d'arômes qu'il renferme, sa complexité s'exprime lorsque des bouquets supplémentaires sont à nouveau décelés et enfin sa linéarité est reflétée par l'amplification de ses goûts aromatiques. L'étape gustative est achevée par la « finale », durant laquelle la longueur du whisky et la rétro-olfaction ou retour du nez vont être perçues. Plus la liqueur est longue, plus son goût persiste en bouche. De nombreux amateurs vont même jusqu'à humer le verre à la fin de cette phase gustative : les arômes des extraits secs révèlent souvent des caractéristiques qui confirment l'âge du whisky.

À faire et à ne pas faire lors de la dégustation du whisky

Ce rituel de la dégustation du whisky nécessite tout de même quelques préalables qu'il faut prendre en compte afin d'en déceler comme il se doit toutes les subtilités. Tout d'abord, le choix du verre à utiliser pour la dégustation est de la plus haute importance, et celui que tous appellent communément « verre à whisky » est à bannir. De préférence, il faut procéder à la dégustation de cette liqueur dans un verre du genre tulipe ou ballon. C'est certainement avec ces types de verre que l'on a le plus de chance de déceler la teinte et surtout les senteurs des arômes présents dans le whisky. Il est également fortement déconseillé de rajouter des glaçons ou un quelconque soda. Ce genre d'opération ne fera en réalité que corrompre les arômes et le goût final du whisky n'en sera que dégradé. À la place, verser un peu d'eau plate dans le verre de dégustation est le plus conseillé, surtout quand le taux d'alcool présent dans le whisky est très élevé. Quelques gouttes d'eau suffisent d'ailleurs pour que la liqueur soit plus confortable en bouche et pour ouvrir tous ses arômes à la dégustation.