NLTO
Not Like The Others

// MAGAZINE HORS NORME POUR HYPERACTIFS DISTINGUÉS //






Suivez-nous
Twitter
Facebook
Rss







La nouvelle tablette tactile de Microsoft débarque en Europe !





La tablette Surface Pro de Microsoft est sortie en France au printemps 2013. Elle se décline en deux versions. L’une de 64 Go, pour un tarif de 879€ et l’autre de 128 Go, au prix de 979€. Son originalité par rapport à ses concurrentes tient en ce qu’elle propose un clavier détachable et un véritable système d’exploitation : Windows 8 Pro.


Logo de Microsoft
Logo de Microsoft

Une tablette aux véritables propriétés de laptop

Comme son nom l’indique, la tablette se veut tournée vers une utilisation professionnelle. Son prix élevé est justifié par ses performances et ses fonctionnalités qui la rapprochent davantage de l’ordinateur portable que de la véritable tablette numérique. Premièrement, elle fonctionne sous le système d’exploitation Windows 8 Pro. Elle se différencie donc de la concurrence de ce point de vue, car nombre de tablettes tactiles ont un OS allégé par rapport aux ordinateurs. Elle n’est toutefois pas entièrement un laptop comme peuvent l’être les versions mixtes de HP à l’image de l’Envy x2 ou de l’ultrabook HP Spectre, et elle n’est pas non plus une tablette tactile polyvalente où l’on ajouterait simplement un clavier par commodité.
 
La Surface Pro intègre par ailleurs la suite logicielle Microsoft Office et l’utilisateur aura toujours la possibilité d’accéder au Windows Store et ses 70 000 applications, en plus des logiciels compatibles Windows. Côté matériel, elle est dotée d’un port USB 3.0, chose rare chez les tablettes tactiles (notamment chez le concurrent Apple), ce qui permet une utilisation de périphériques externes assez conséquente. Le processeur Intel Core i5 et les 4 Go de mémoire vive bénéficient d’un système de refroidissement intégré permettant une dispersion efficace de la chaleur. En plus de l’USB la Surface Pro dispose d’un port HDMI et d’un second pour les cartes au format micro SDXC. L’écran 16/9, 10,6 pouces, plus grand que l’iPad, permet de visionner des films haute définition puisqu’il supporte une résolution de 1920x1080 pixels). La tablette dispose de plus de deux caméras (une devant et une derrière) d’une résolution de 720p. En outre, un « Surface Pen » permet d’utiliser le caractère tactile de la tablette et d’améliorer la précision des dessins numériques, de l’écriture manuelle ou des autres types de travaux nécessitant une sélection fine et précise. Concernant la partie clavier, il en existe deux. L’un, le « Touch Cover » n’a pas de touches classiques, mais reconnait la pression de chaque doigt sur un plan totalement lisse. Le second, le « Type Cover » est un clavier mécanique basique. Les deux, très fins, doivent être achetés séparément à 119€ pour le premier et 129€ pour le deuxième. Le poids de la Surface Pro est de 25% supérieur à celui de l’iPad mais il peut s’expliquer par sa dimension plus importante.

Une stratégie de différenciation

La tablette tactile de Microsoft se présente clairement comme une alternative permettant d’allier deux produits – l’ordinateur portable et la tablette tactile – de manière intelligente. Les propriétés tant du software que du hardware se veulent être la garantie d’une certaine performance et justifient en partie le prix. Pourtant, la concurrence est rude et Microsoft doit jouer avec la multitude d’offres, à commencer par le poids lourd, l’iPad d’Apple, mais aussi par la diversité de produits de fabricants comme Dell, Samsung ou encore Archos avec le système d’exploitation Android.
 
C’est justement dans cet univers ultra-concurrentiel que Microsoft lance en Europe son produit (en commençant par la France), après les États unis le Canada et la Chine il y a trois mois. La tablette qui se veut être une alternative à la classique tablette tactile et à l’ordinateur portable peut-elle s’implanter durablement dans un marché, certes en expansion, mais où de nombreux concurrents sont déjà présents ? Son principal inconvénient est indubitablement son prix, qui de plus ne tient pas compte dans la formule de base, du clavier détachable pour lequel il faudra investir 119 ou 129 euros. Pourtant, son avantage certain est de présenter un système d’exploitation Windows classique (Windows 8 Pro) qui pourra par ailleurs être gratuitement mis à jour lors de l’upgrade de Windows 8.1, Windows Blue, comme pour un ordinateur habituel. Cet avantage permet une interopérabilité et une facilité d’utilisation des applications et des formats entre la tablette et les ordinateurs. Le confort d’un ordinateur donc, la mobilité en plus.