NLTO
Not Like The Others

// MAGAZINE HORS NORME POUR HYPERACTIFS DISTINGUÉS //






Suivez-nous
Twitter
Facebook
Rss







La révolution calchemise





Effet de mode ou véritable phénomène de société ? Dans tous les cas, le calchemise fait le buzz. Explications.


Calchemise, quésaco? C’est la contraction de caleçon et de chemise. Un genre de mot-valise. Très bien pour l’expression. Mais qu’en est-il dans la pratique ? Il s’agit d’une pièce de vêtement en popeline ou en tissu de chemise. Plus exactement, d’un hybride entre combi-short et barbotteuse, voire body ou grenouillère. Si on imagine le hipster assez fou pour l’adopter, on a plus de mal à penser que le CSP+ va succomber à cette drôle de mode. Et pourtant… Le calchemise a très récemment fait l’objet d’une chronique du journaliste au Figaro, Quentin Périnel qui tous les jours, décrypte la (sur)vie au bureau.
 
Il a même titré sa rubrique Open Space, « Le calchemise, une révolution vestimentaire pour les cadres. » Il n’en fallait pas plus pour vouloir justement en savoir plus sur cette pièce d’habillement. Elle promet que la personne qui la porte - en l’occurrence un homme, car elle est exclusivement masculine - ne sera plus « débraillée étant donné que la chemise n’a aucune chance de sortir du pantalon. » Sur le site dédié, calchemise.com, sous titré « L’extravagance dissimulée », la punchline est la suivante « La chemise a 5 000 ans, il est grand temps d’innover : caleçon + chemise = calchemise. » Compris ? 
 
Mais si « extravagance » il y a, même « dissimulée », en quoi cela devrait révolutionner la façon de s’habiller des cadres ? Quentin Périnel, qui a plus d’un tour dans son sac, a la réponse : « en réunion, votre chemise ne dépassera plus jamais de votre pantalon. » Et toc. Même, il va plus loin : « une révolution qui pourrait bien changer la vie de nos amis commerciaux, ingénieurs, consultants et des cadres en règle générale. » Ces derniers sont en effet appelés à avoir « une allure irréprochable, que ce soit en réunion ou en rendez-vous chez le client. »
 
Oui mais après quelques heures, la chemise est souvent froissée, tirebouchonne et remonte, ce qui, tout le monde en convient, fait négligé. Avec le calchemise, c’est terminé ! Exit le débraillage. Avec ce body pour homme en tissu chemise (carreaux, rayures, uni, voire à pois) le CSP+ est toujours nickel. Pas débraillé, certes, mais quid du passage aux toilettes ? Et quid du ridicule ? Le ridicule ne tue pas dit-on.