NLTO
Not Like The Others

// MAGAZINE HORS NORME POUR HYPERACTIFS DISTINGUÉS //






Suivez-nous
Twitter
Facebook
Rss







La riposte des industries du tabac face au phénomène de la cigarette électronique





Les boutiques d'e-cigarettes apparaissent à tous les coins de rue. Le phénomène continue à se répandre, fin 2013 la cigarette représentera 100 millions d’euros soit 3% du marché du tabac français. En danger, la puissante industrie du tabac réagit.


La riposte des industries du tabac face au phénomène de la cigarette électronique
La décision du Parlement européen de refuser le satut de médiacament à la cigarette électronique ne va pas freiner son développement. D’après des estimations de l’Eurobaromètre (cabinet d'Intelligence économique), il y aurait environ 500 000 utilisateurs en France. Le chiffre pourrait doubler d’ici la fin de l’année avec un succès toujours grandissant pour cet objet inventé en 2005 et arrivé en 2007 en France.

Les prix se situent entre 30 et 100 euros. Pour un fumeur consommant un paquet par jour, l'investissement peut être rentabilisé en moins de deux semaines. La montée des prix du tabac aidant, la cigarette électronique séduit de plus en plus tant en Europe qu’outre Atlantique. 

Inquiétudes de l’industrie du tabac

En juillet, le journal britannique The Guardian (1) affirme que les géants de l’industrie du tabac comment à être  touchés par le développement de l’e-cigarette. Une banque d’investissement, Canaacord Genuity, vient d’abaisser sa recommandation pour deux groupes industriels de cigarettes (British American Tobacco et Imperial Tobacco) en raison de la hausse anticipée du marché des vaporettes. « Nous nous attendons à ce que les consommateurs du monde entier se détournent des cigarettes au tabac au détriment des cigarettes électroniques à un taux accéléré d’ici 2020 » déclarent les analystes de la banque. Avant d’aller plus loin « nous estimons que le marché de l’e-cigarette passera de 2 milliards de dollars à 3 milliards en 2013(le marché du tabac s’élève à 700 milliards de dolalrs). »
Problème supplémentaire au phénomène souligné par la banque d’affaires, le développement de la cigarette électronique ne peut se faire qu’au détriment de l’industrie du tabac  « À long terme, le marché total cumulé baissera à un rythme plus  rapide que ne l’envisage les investisseurs vu que les e-cigarettes détourneent les fumeurs du tabac, mais n’attirent pas de nouveaux consommateurs. »

La riposte des industries du tabac face au phénomène de la cigarette électronique

La riposte

La riposte des multinationales productrices de tabac ne s’est pas fait attendre. Fortes de leurs puissances financières et commerciales elles se sont emparées du dossier de la cigarette électronique.

Philip Moris et Reynolds ont déjà mis sur le marché leurs modèles de cigarettes électroniques. La British American Tobacco est allée plus loin en achetant en 2012 CN créative, groupe propriétaire de la marque Intellicig de cigarettes électroniques qui a entrepris des démarches pour que ses produits obtiennent une licence de médicament en Grande-Bretagne. Une à une les grandes compagnies de cigarettes électroniques sont achetées par les grands groupes de tabac traditionnel, montrant ainsi leur volonté de garder le contrôle du marché des fumeurs.

Début septembre Imperial Tobacco a même conclu un accord avec l’inventeur de la cigarette électronique Hon Lik (2). Le numéro deux européen a acheté les brevets pour 75 millions de dollars.