NLTO
Not Like The Others

// MAGAZINE HORS NORME POUR HYPERACTIFS DISTINGUÉS //






Suivez-nous
Twitter
Facebook
Rss







Le fact checking va-t-il discréditer les hommes politiques ?





Le fact checking, cette mode apparue au début des années 2000 aux États-Unis, est aujourd'hui bien implantée en France après avoir connu un développement progressif à la fin des années 2010. Mais en quoi consiste le fact checking ? Son utilisation, qui se cantonne principalement aux discours des hommes politiques, consiste en la vérification des chiffres, faits, et autres données qu'ils évoquent de manière publique, souvent lors de débats et de discours. S’il est vrai que cela fait intrinsèquement partie du travail d'un journaliste, la nouveauté réside dans le format adopté. Puisque l'examen de la véracité des propos de telle ou telle personnalité n'est plus présenté sous la forme d'articles classiques au format papier, mais le plus souvent sous une forme interactive, via des blogs ou des sites Internet qui proposent une série d'analyse. Le fact checking va-t-il pour autant discréditer les hommes politiques et éluder la confiance que leur porte la population ?


Crédit photo - CrazyPhunk
Crédit photo - CrazyPhunk

Une évolution constante vers l'instantanéité.

En 2008, le site Internet de Libération créé une rubrique « Désintox » qui sera par la suite couchée sur le papier de manière sporadique (aujourd'hui il existe même un blog). En 2009 c'est au tour du Monde qui créé son blog « Les décodeurs », puis l'effet se propage telle une trainée de poudre prenant feu. Au fur et à mesure qu'il évolue et qu'il s'implante sur la scène médiatique française, le fact checking tend à s'axer vers un décryptage en direct. Il se positionne alors comme un commentaire interactif aux émissions, aux débats politiques. Et avec l'avènement de la télévision connectée, il pourrait donner des informations complémentaires sur la véracité des propos tenus, alors que le téléspectateur continue de regarder son programme. L'impact serait alors beaucoup plus fort et toucherait ainsi une plus large population que lors d'un débriefing le lendemain ou le surlendemain. Mais cette quasi-instantanéité peut aussi faire défaut à la qualité de la vérification, car le temps permet une profondeur que ne procure pas le direct.
 
Pour autant, organiser une vérification en temps réel des faits demande de grandes ressources, particulièrement sur le plan humain, ce que tous les médias ne peuvent pas se permettre d'engager. Avec les avancées techniques, on peut néanmoins imaginer une vérification des faits, via un logiciel ou un ensemble de logiciels, suffisamment performante pour établir la véracité d'une information quasiment en temps réel.

Le dilemme de la vérification des sources.

S’il est possible de vérifier rapidement certaines données, il apparaît encore comme difficile d'avoir un accès à un grand nombre de source afin de réaliser un contrôle dans un temps très court. Certaines vérifications peuvent prendre du temps. Il faut parfois réaliser un long travail de recherche, examiner un certain nombre de chiffres, de bases de données qui, quelquefois, ne sont pas accessibles avec une recherche simple. Mais attention aux données provenant d'Internet ! Car si beaucoup de vérités circulent sur la Toile, il existe une part presque égale de mensonges, de cas de photomontages, et d'autres témoignages élaborés de toutes pièces. Outre ces données intentionnellement falsifiées, certaines informations peuvent être méprises. Ce peut être le cas de photos sur une catastrophe naturelle, une émeute. Sans un certain nombre d'éléments, le renseignement ne peut être qualifié de fiable. Il peut s'agir par exemple des métadonnées de l'image, permettant d'identifier la date, l'appareil avec lequel a été pris la photo, ou encore vérifier que le lieu où a été pris le cliché est bien celui de l'événement. En outre, il s'avère que toutes les informations ne sont pas disponibles sur Internet. Il faut donc parfois appeler, se déplacer physiquement pour la vérifier. Aussi, toute information n'est pas disponible à toute heure de la journée ou de la nuit. Il sera par exemple beaucoup plus difficile de s'assurer d'une donnée nécessitant une vérification physique, lorsqu'elle est partagée au cours d'un débat télévisé, en deuxième partie de soirée par exemple.
 
Enfin, la problématique majeure liée aux faits est qu'ils peuvent être vrais, vérifiés, mais que ceux-ci peuvent tout simplement être orientés. On peut par exemple simplement omettre une donnée pour présenter une vérité plus agréable. La vérité a plusieurs visages...

Une remise en cause de la parole politique ?

Cette constante analyse en profondeur des faits énoncés par les politiques aura-t-elle pour finalité un discrédit de ces derniers ? Une obligation presque coercitive de respecter les justes termes, et le danger concomitant de baser toutes les erreurs selon une même échelle, incriminant autant l'auteur d'une légère erreur, qui plus est si elle est non intentionnelle, que celui en commentant une lourde, intentionnelle. Toutefois, rien n'est moins sûr, car si le phénomène du fact checking tend encore à se développer, il restera circonscrit à une frange restreinte s'attachant au respect de l'exactitude. Il ne peut pas être constitutif d'un désaveu d'une personnalité en particulier.
 
Par ailleurs, c'est de manière paradoxale, mais intelligente que la classe politique l'a utilisé à son profit. Particulièrement aux États-Unis, où lors de la dernière campagne l'équipe du candidat Barrack Obama s'est attachée à vérifier les propos à l'encontre du Président, avec un site dédié : attackwatch.com. On peut alors craindre la nécessité d'une seconde vérification de ces propos diffusés avec le label fact checking.
 
L'apparition de la chose est-elle pour autant une bonne nouvelle pour la presse ? Si l'on considère la théorie de Pierre Bourdieu sur la circulation circulaire de l'information, selon laquelle l'information relayée par les médias aurait pour principale source la presse elle‑même, cela pourrait endiguer le phénomène. Reste qu’Internet, avec son besoin insatiable d'exclusivité, incite le tout-venant à faire l'impasse sur l'examen des sources.