NLTO
Not Like The Others

// MAGAZINE HORS NORME POUR HYPERACTIFS DISTINGUÉS //






Suivez-nous
Twitter
Facebook
Rss







Les mafieux sont « personae non gratae » : le Pape François les excommunie !





C’est une véritable révolution dans l’église catholique et dans les rapports entre Eglise et crime organisé : le Pape François a excommunié les mafieux italiens lors d’une messe publique en Calabre, centre névralgique de l’activité du plus gros clan mafieux au monde, la ‘Ndrangheta. Une action historique qui place le Pape François dans la lignée directe de Jean-Paul II.


cc/Flickr/ Catholic Church (England and Wales)
cc/Flickr/ Catholic Church (England and Wales)
Une telle menace à l’encontre de la Mafia est historique, même si bien entendu cela ne va pas changer grand-chose aux agissements du crime organisé dont les représentants, on peut le supposer, avaient bien peu de chances d’aller au Paradis. Mais c’est une prise de position forte de la part d’une figure qui, bien qu’externe à la politique italienne, reste très influente dans la péninsule.
 
« Lorsque vous n'adorez pas Dieu, le Seigneur, vous devenez des adorateurs du mal, comme le sont ceux qui vivent dans la malhonnêteté et la violence » a déclaré le Pape devant pas moins de 250 000 fidèles qui s’étaient réunis à l’occasion de la messe célébrée par le Saint Père à Sibari, en Calabre, comme le rapporte le site Aleteia.
 
« La ‘Ndrangheta c’est cela : adoration du mal et absence de respect pour le bien commun ». Ces raisons suffisent au Pape François pour défier les clans mafieux et leur lancer son anathème : « L’Eglise doit dire non à la ‘Ndrangheta. Les mafieux sont excommuniés ».
 
Auparavant, seul Jean-Paul II avait osé s’intéresser au problème de la mafia en Italie, mais pas d’une manière menaçante. Il y a vingt-et-un ans de cela, Jean-Paul II avait lancé un cri : «Mafieux, convertissez-vous ! » ; c’était le 9 mai 1993, à Agrigento.
 
Ce cri, le Pape François l’avait fait sien à une autre reprise : le 26 mai 2013. Mais cette fois-ci il est allé plus loin, passant de l’appel à la menace.