NLTO
Not Like The Others

// MAGAZINE HORS NORME POUR HYPERACTIFS DISTINGUÉS //






Suivez-nous
Twitter
Facebook
Rss







Les robots Kawaï





Demain, travailler avec une équipe de robots aussi sexy que des pom-pom girls, ce sera possible. C’est en tout cas, le dessein de ces poupées conçues par la société japonaise Murata.


Robots Murata
Robots Murata
On dirait des derviches tourneurs. Des poupées « bots » pour robots, d’un nouveau genre. Elles ont créé l’événement lors du dernier salon Ceatec qui se tenait au début du mois à Tokyo. Ce dernier est le rendez-vous immanquable pour tout ce qui concerne l’électronique et les technologies de demain. Leur allure a quelque chose d’humain. Mieux, de doux et d'enfantin. Ces poupées, créations de la société Murata basée à Kyoto, en collaboration avec l’Université de la même ville, se sont livrées à des chorégraphies endiablées.

Pompons roses fluo au bout des bras, cheveux noirs taillés à la Playmobil, robes rouges de derviches tourneurs et yeux bleus perçants. Fixées sur une balle métallique, elles ont pu s’agiter dans tous les sens. Au-delà du spectacle surprenant, ces « poupées » robots présagent de ce que pourront être les robots de demain, des créatures sympathiques et ultra sophistiquées. Surtout ces « bots » seront capables de travailler ensemble.
 
Munies de capteurs pouvant percevoir les mouvements ambiants, les poupées kawaï se sont agitées sur le dancefloor. De fait, ces créatures représentent un condensé de haute technologie. Par ailleurs, elles rendent les robots  amusants tout en étant ultra pointus. Ces pom-pom girls sont bien plus qu’un assemblement de composants électroniques, ce que fait d'habitude la société Murata. En effet, l’entreprise Murata reste un fabricant de puces et de capteurs. Elle fournit notamment Apple et Samsung.
 
Plus ludiques que de vulgaires capteurs, les automates ainsi assemblés représentent surtout une prouesse technologique  exceptionnelle : celle de se mouvoir de concert grâce à des gyrocapteurs. Grâce à des ondes et des ultrasons, ces derniers détectent les mouvements environnants, à la fois ceux du corps et des directions, mais aussi des signaux sonores et lumineux. Les poupées bougent sans perdre l’équilibre. Des capacités réutilisables dans l’industrie automobile pour éviter les dérapages d’une part, et d’autre part, pour repérer des obstacles dans le noir et empêcher des collisions. 

Cette réussite technologique provient de trois facteurs concomitants : « la précision, la stabilité et la synchronisation», explique à Libération, Yoshihiko Takeda, le responsable de la communication chez Murata. Des innovations qui pourraient servir dans un avenir proche à l’élaboration de voitures autonomes. Autre domaine de recherche : celui des situations d’urgence : « il est précieux d’avoir des robots se déplaçant dans des endroits difficiles d’accès, travaillant à plusieurs pour rechercher des victimes, dégager des espaces pour intervenir.» explique Yoshihiko Takeda. De là à imaginer qu’en cas de séismes, ce seront des poupées kawaï et plus des Saint-Bernard qui fouilleront les décombres, il n'y a qu'un pas.