NLTO
Not Like The Others

// MAGAZINE HORS NORME POUR HYPERACTIFS DISTINGUÉS //






Suivez-nous
Twitter
Facebook
Rss







Les startups ne doivent pas toujours miser sur les jeunes





Une étude de la Silver Valley, pôle dédié au secteur de « l’autonomie des personnes âgées » montre qu’il existe un fort potentiel dans ce domaine. Pourtant, les entrepreneurs et innovateurs se désintéressent franchement de cette cible, favorisant ce qui touche les populations plus jeunes.


DR
DR
La Silver Valley est un pôle industriel et scientifique qui abrite les différents acteurs du secteur de « l’autonomie des personnes âgées ». Derrière ce nom aux allures californiennes, se trouve un secteur très prometteur mais qui peine à séduire les investisseurs et entrepreneurs.
 
Dans une enquête que la Silver Valley vient de publier, on apprend que la santé occupe la première place des activités développées par ce secteur, suivis du numérique, du lien social puis de l’habitat. L’entrepreneur type a plus de 40 ans et investit plus de 150 000 euros en fonds propre, gage d’un domaine sain et peu risqué.

Financement difficile

Malgré l’atout expérience des entrepreneurs, les investisseurs rechignent à confier de l’argent à ce secteur.
 
L’étude montre que la situation économique est le principal obstacle de développement des activités dédiées aux personnes âgées. Le vieillissement de la population, un pouvoir d’achat supérieur aux jeunes et les atouts pour la qualité de vie des produits développés, semblent pourtant garantir un avenir intéressant à ses activités.

C’est vrai qu’on entend plus souvent parler de startups « dynamiques » lancées par des « jeunes passionnés de nouvelles technologies » que des projets pour des vieux portés par des entrepreneurs expérimentés. Pourtant, comme l’explique le pôle spécialisé sur son site « en 2035, un tiers des Français auront plus de 60 ans. Ils seront plus de 20 millions. Or, le vieillissement de la population française se double d’une évolution sociologique et économique forte : les « papy-boomers », cette génération née dans les années d’après guerre, arrivent à l’âge de la retraite avec de nouvelles attentes, quant à leur confort de vie. »
 
Les rédacteurs de cette étude ne désespèrent pas pour autant. Ils veulent utiliser leur cluster pour soutenir les chefs d’entreprises et participer à l’amélioration de l’image de ce secteur. Un partenariat vient d’être signé avec Scientipole Initiative qui propose des financements intéressants en Ile de France. Les partenariats publics qui ont participé à la création de la Silver Valley, restent les principales options de financements qui sont disponibles.