NLTO
Not Like The Others

// MAGAZINE HORS NORME POUR HYPERACTIFS DISTINGUÉS //






Suivez-nous
Twitter
Facebook
Rss







Luxe et innovations digitales : pas contradictoires





On dit que le luxe est devenu 2.0. Mais on dit aussi que le numérique peut venir à bout du luxe. Qui croire ?


Seth Godin
Seth Godin
Pour répondre à cette question hautement tactique et stratégique, le figaro.fr (madame), a recueilli les propos d’une sommité de l’univers digital. Seth Godin est un genre de gourou 2.0 dont les paroles sont en général suivies et relayées par des milliers de spécialistes, retenus à ses lèvres et à ses déclarations. Cette semaine, il était  à Paris, l'un des invités de la conférence Hackers on the Runway, qui avait pour thème, le luxe et l’innovation digitale.
 
Au centre des débats, se trouvaient des questions, fortes de café, comme : « le digital va-t-il tuer le luxe ? » Autrement dit, dans les années à venir, va t-on continuer à acheter comme aujourd’hui ? Le tout numérique et les sites de e-commerce, vont-ils faire évoluer la façon de consommer les produits de luxe, de façon totalement innovante ?
 
Bien sûr ce sont des questions hyper complexes. Mais Seth Godin ne se démonte pas, et il illustre sa réponse par un exemple hautement significatif : « aujourd’hui, un adolescent préfère qu’on lui offre un smartphone plutôt qu’une voiture. » Et toc. Pour aller plus loin, le luxe ultime aujourd’hui, réside dans le fait d’être connecté. La connexion.

Résultat, les achats se font par l’intermédiaire d’un groupe, les réseaux sociaux par exemple, ou des communautés de vendeurs et d’acheteurs mis en relation grâce à des sites comme Vestiaire Collective ou Ebay. Le lien avec le luxe, et donc, avec une marque, se fait par le biais d’une connexion. C’est aussi simple que cela.

Plus largement, c'est fou de penser que le digital va tuer le luxe. Bien au contraire, dans la nouvelle stratégie des marques, on a tout compris si on réussit à connecter les consommateurs entre eux : le partage, l’échange, les valeurs participatives sont des notions en hausse, et absolument incontournables aujourd’hui.

Mais le luxe dans tout ça, que devient t-il, quand, contrairement à ses aspects exclusifs et de rareté originels, les pièces sont disponibles sur des sites dédiés, comme Net-A-Porter ou Farfetch, parfois même, avant de se retrouver en boutique ? Évidemment, le luxe comme on l’entendait il y a vingt ans a pris du plomb dans l’aile. Et comme le dit très bien le pointu Seth Godin, avoir le « sentiment du luxe » aujourd’hui, est totalement différent que le simple fait d’acheter un produit parce qu’il est cher.

C’est autre chose. C’est être membre, faire partie d’un club ou d’une communauté d’une façon exclusive. L’argent ne fait pas tout. En revanche, le parrainage, la cooptation, l’appartenance, ça, ce sont les vraies nouvelles valeurs liées au luxe. Elles incarnent déjà le luxe de demain, et surtout, l'importance de l’histoire que raconte une marque, bien plus que les produits en eux-mêmes. Ainsi va la vie. Heu, pardon, ainsi va le luxe.
 
 
 

Luxe et innovations digitales : pas contradictoires