NLTO
Not Like The Others

// MAGAZINE HORS NORME POUR HYPERACTIFS DISTINGUÉS //






Suivez-nous
Twitter
Facebook
Rss







Martin Amis persona non grata chez Gallimard





Patatra dans le monde des lettres. Mais pas que dans le monde feutré et germanopratin de Paris sixième. Dans le monde des lettres à échelle internationale. En cause ? Le refus de la maison Gallimard de publier le nouvel opus de l'écrivain anglais Martin Amis, « The Zone of Interest. »


Martin Amis persona non grata chez Gallimard
Comme son nom ne l’indique pas forcément, « The Zone of Interest »* désignait le camp d’Auschwitz dans le jargon des SS. Martin Amis, l'un des écrivains britanniques les plus doués, s’attaque à l’Holocauste. Le sujet, universel et « populaire », fait d’ailleurs couler beaucoup d’encre en ce moment : non seulement avec le livre d’Amis, mais également avec le roman « Mon Holocauste »**, de Tova Reich, (NLTO du 12 novembre 2014), où comment l’auteur, fille de rabbin, décrit de façon truculente le « Shoah Business », soit l’exploitation commerciale de la Shoah.
 
Martin Amis, lui, traite l’Holocauste sous un prisme où, thème sensible,  le sexe est omniprésent, en la personne de l’officier allemand Paul Doll qui commande le camp d’Auschwitz. Résultat, son éditeur français historique, Gallimard depuis 1996, après Christian Bourgois, a fait savoir qu’il ne publiera pas « The Zone of Interest ».

Gallimard n’est pas la seule maison à avoir refusé le dernier roman de l’écrivain britannique. Son éditeur allemand, Carl Hanser Verlag a également décliné. Martin Amis, l'un des plus grands écrivains contemporains a donc été lâché par deux de ses prestigieux éditeurs étrangers. En Angleterre, il a été publié par son éditeur traditionnel, Jonathan Cape. Même chose aux États-Unis. Dans les deux pays, le roman a reçu un accueil favorable de la critique, notamment de la part de l'américaine Joyce Carol Oates, qui en a fait l'éloge dans le New Yorker.
 
Marie-Pierre Gracedieu, l’éditrice de littérature anglaise chez Gallimard, transfuge de Stock, où elle s’occupait de la «Cosmopolite», l'excellente collection de littérature étrangère, a très vite fait part de ses doutes à Antoine Gallimard. Interrogée par Le Nouvel Observateur, elle parle de « relents étranges, sur les Français que Martin Amis semble assimiler à de joyeux collabos, et sur les Allemands, dont on a l'impression qu'ils étaient tous des nazis. 
Quant à réduire la Shoah à des histoires de coucheries et présenter les nazis comme des individus obsédés par le sexe, victimes de la bestialité du désir, ainsi que le livre paraît le suggérer, c'est un parti pris qui ne m'a pas convaincue. » Antoine Gallimard a finalement refusé le texte. Depuis, le super agent américain de Martin Amis, Andrew Wylie, ne décolère pas.

C’est finalement Calmann-Lévy qui publiera « The Zone of Interest » l’été prochain. Visiblement, trouver un éditeur en France ne fût pas une simple affaire. Mais Calmann-Lévy va ainsi permettre aux lecteurs Français de découvrir le nouveau roman de Martin Amis. Écrivain hyper doué et provocateur, il n’a pas de tabou. La preuve.
 
* « The Zone of Interest », Martin Amis,
Jonathan Cape.
Parution en France en août 2015, chez Calmann-Lévy.
 
** « Mon Holocauste », Tova Reich, Le Cherche Midi.
 
 

Martin Amis persona non grata chez Gallimard