NLTO
Not Like The Others
// MAGAZINE HORS NORME POUR HYPERACTIFS DISTINGUÉS //





Suivez-nous
Twitter
Facebook
Rss







Mondial de football, le risque des cyberattaques





Si aujourd’hui, le monde du football bruisse de Franck Ribery, jouera, jouera pas, pour cause de lombalgie, un autre facteur est moins débattu, celui des cyberattaques, bien réel pourtant.


Mondial de football, le risque des cyberattaques
À chaque manifestation sportive de première importance, comme les Jeux Olympiques, ou la Coupe d’Europe de football, il y a deux ans par exemple, les craintes de cyber bugs sont ravivées. La Coupe du monde de football, qui commence dans une semaine au Brésil, n’échappe pas à la règle. Il y a eu la peur des moustiques, et par leur intermédiaire, la crainte d’une épidémie de dengue. Plus volatiles, les organisateurs redoutent, la survenue de virus informatiques.

C’est un classique : à la veille d’un événement sportif de premier ordre, comme la Coupe du monde de football, il est fréquent que des virus, restés inactifs, émergent, ou soient lancés pour l’occasion. D'ailleurs, il y a eu des précédents, les Jeux olympiques de Londres et la Coupe d’Europe de football en 2012, n'ont pas été en reste.

Cette année, l’existence d’un fichier baptisé «Jsc Sport Live + Brazil World Cup 2014 HD. rar» a été confirmé, et donne des sueurs froides aux organisateurs. Il laisse supposer sa capacité, à s’attaquer, à distance, à la diffusion de match en temps réel. En téléchargeant le fichier et en l’ouvrant, un internaute peut également propager sans en avoir conscience, le virus dans son ordinateur. Un hacker pourrait alors mettre la main sur la machine, et de fil en aiguille...

Un autre danger plane sur le Mondial de football. Il viendrait du groupe de pirates Anonymous. Ils laissent en effet, entendre, qu’ils pourraient lancer des attaques informatiques sur les sites des sponsors officiels de la Coupe du monde. Ainsi, pas plus tard que la semaine dernière, les membres d’Anonymous ont posté sur la toile, plus de trois cent documents dérobés sur le réseau du ministère des Affaires étrangères brésilien. Bonne ambiance.

Les Anonymous, comme les autres hackers, ont trouvé un moyen efficace de mettre la pression sur le gouvernement brésilien, et les organisateurs de l’événement, à qui ils reprochent l’investissement financier dantesque pour mener à bien la manifestation, dans un pays où la pauvreté culmine, et la situation sociale est à deux doigts d'exploser. Espérons que ce ne sont que des menaces en l’air pour rendre les gens parano, à quelques jours du coup d’envoi du Mondial, et que la fête ne sera pas gâchée. Et Ribery dans tout ça ? Il va bugger  aussi ? Gageons que non...

Mondial de football, le risque des cyberattaques