NLTO
Not Like The Others

// MAGAZINE HORS NORME POUR HYPERACTIFS DISTINGUÉS //






Suivez-nous
Twitter
Facebook
Rss







Nantes, se paye la « French Tech »





La ville de Nantes vient de recevoir le label « French Tech ». À terme, d’ici dix ans, elle prévoit de créer 10 000 emplois dans la filière numérique.


Nantes, se paye la « French Tech »
Il y a de quoi être content. Sur quinze villes candidates, Nantes peut se glorifier d’avoir décroché le label French Tech. C’est ce qu’a annoncé la semaine dernière, la secrétaire d’État chargée du numérique, Axelle Lemaire. En dehors de Nantes, Bordeaux, Grenoble, Lille, Lyon, Montpellier, Rennes, Toulouse et le « territoire » Aix-Marseille, ont également reçu ce label.
 
Pour Nantes, c'est une récompense bien méritée. En effet, depuis quelques années, la ville de Loire-Atlantique est particulièrement dynamique dans la filière numérique. Actuellement, elle emploie 19 200 personnes dans ce domaine, et 170 nouvelles entreprises dans ce secteur se créent chaque année.  Aujourd'hui, elle « fait désormais partie des villes phares en la matière en France », se réjouit Johanna Rolland, la présidente de Nantes métropole, rapporte le site 20 Minutes.fr. À Nantes, les geeks sont ravis. Si les start-ups sont déjà nombreuses, ce label French Tech, « va inciter les grosses entreprises, encore davantage, à venir s’installer chez nous », ajoute Johanna Rolland.
 
De quoi booster les professionnels de l’écosystème numérique de la région et d’ailleurs. En effet, ce label est la garantie d'une reconnaissance internationale. D’autre part, il représente un accélérateur en terme d’emplois. Avec ce label, la filière numérique devrait s’envoler d’ici une dizaine d’années. On parle ainsi de la création future de 10 000 postes. Pour se faire, des start-ups et des entreprises au développement rapide, capables de passer de 2 à 300 salariés en cinq ans devraient voir le jour.
 
Nantes souhaite y parvenir. Pour cela, la ville se donne les moyens. Comme celui de mettre sur pied chaque année, encore plus des 500 événements déjà consacrés à l’univers numérique. On peut citer la Digital Week qui a rassemblé plus de 67 000 personnes venant de 26 pays, lors de sa première édition cette année. Geeks, spécialistes de la filière, tout le monde est content. Même le grand public : « Le numérique, c’est aussi le e-commerce, la lutte contre la fracture numérique, ou encore l’éducation », souligne Johanna Rolland. Bravo Nantes. Rendez-vous à mi-parcours, dans cinq ans.