NLTO
Not Like The Others

// MAGAZINE HORS NORME POUR HYPERACTIFS DISTINGUÉS //






Suivez-nous
Twitter
Facebook
Rss







Nissan et Renault rapprochent leur R&D pour économiser 2,8 milliards par an





Vendredi 24 janvier le quotidien japonais Nikkei annonce que Renault et Nissan vont rapprocher leurs départements de recherche et développement ainsi que leur production pour économiser environ 2,8 milliards d’euros par an.


Le groupe français Renault et le japonais Nissan, tous deux présidés par Carlos Ghosn vont encore accentuer leur rapprochement. Aujourd’hui les deux structures achètent déjà des pièces détachées ensemble, partagent des groupes autopropulseurs et des services d’ingénierie des véhicules.
 
D’après le journal japonais Nikkei la production et la recherche et développement des deux groupes vont être la prochaine étape d’une collaboration plus étroite. Dès avril, deux dirigeants pour Nissan et Renault devraient être nommés, chacun à la tête d’un de ces départements.

Usines plus flexibles

Ce mouvement stratégique de l’alliance Renault-Nissan va permettre au groupe d’économiser des frais importants de production. Le but est d’arriver à transformer petit à petit les lieux de fabrication pour que chaque usine soit capable de produire les modèles des deux marques.
 
Toujours dans une optique de limitation des frais, le rapprochement des départements de R&D doit permettre plus d’efficacité. La coopération sur le développement des technologies électriques, d'une pile à combustible ou d'une voiture autonome permettrait à l’alliance de rester en course face à ses concurrents.
 
D’après le journal japonais, le premier essai devrait être lancé en 2015 en Inde. Une coentreprise indienne gérerait l'une production annuelle de 400 000 véhicules des deux marques. Le système serait ensuite appliqué à une dizaine de pays à partir de 2020.

L’un des atouts de l’alliance repose sur la complémentarité des lieux d’implantation. Aujourd’hui les usines Renault sont bien implantées en Europe et Moyen-Orient alors que Nissan a installé ses lieux de production en Asie et en Amérique du Nord. Si chacune des usines est capable de produite indifféremment une marque plutôt qu’une autre, l’intérêt est évident.
 
Les économies d’un tel rapprochement pourraient s’élever à 2,8 milliards d’euros par an (400 milliards de yens). Si l’information était confirmée se serait un pas de plus dans la collaboration des deux groupes. Ceux-ci ne devraient pouvoir finir par se confondre puisque l’accord initial de 1999 prévoyait la garantie d’une indépendance des deux groupes.