NLTO
Not Like The Others

// MAGAZINE HORS NORME POUR HYPERACTIFS DISTINGUÉS //






Suivez-nous
Twitter
Facebook
Rss







Objets prêts à jeter : on nous ment





Alors que les députés entendent condamner l’obsolescence programmée des objets, c’est le moment de s’arrêter sur les pièces les plus « prêtes- à-jeter ».


Objets prêts à jeter : on nous ment
Imprimantes, bas en nylon, ampoules… Voilà des objets typiquement éphémères, mais seulement parce que les fabricants le veulent bien. Et c’est bien là que le bat blesse. Ces objets sont particulièrement victimes de désuétude planifiée. Autrement dit, les fabricants redoublent de techniques pas très franches du collier pour réduire leur durée de vie. Pourquoi ? Pour augmenter leur taux de remplacement. Résultat, l’obsolescence programmée remplit la poche des fabricants. D’autre part, elle génère un immense gâchis et le gaspillage des ressources. Évidemment, on peut toujours justifier que l’obsolescence programmée soutient la consommation. Certes, mais quid des tactiques malhonnêtes ? Quid aussi du secteur de la réparation qui passe à l'as ?
 
Les députés souhaitent assimiler ce phénomène d'obsolescence programmée à de la tromperie. En attendant, certains objets plus que d’autres auraient une durée d’utilisation volontairement diminuée. Tout de suite, on pense à l’électroménager ou à l’électronique. Pourtant, le bas nylon est un des symboles de cette obsolescence programmée. En effet, dans les années 40, il était particulièrement résistant, grâce au nylon synthétique imaginé par la société américaine Dupont de Nemours. Ce dernier se substituait à la soie. De ce fait, les bas étaient tellement solides que le fabricant n’en vendait presque plus… La technique aurait alors évolué, dans le mauvais sens, afin qu’ils s’usent plus vite et soient remplacés.
 
Même chose pour les ampoules : la durée de vie des ampoules à filament aurait été réduite de façon volontaire par des fabricants américains. Cette manipulation ne date pas d’hier : elle aurait été effectuée en 1924 aux États-Unis. Le but ? Baisser la durée d'éclairage d'une ampoule, de 2 500 heures à 1 000 heures. À l’origine, une ampoule à filament était sensée durer 100 ans ! Rumeurs, supputations, rien n’est prouvé pour autant.
 
Aujourd’hui, les accusations se portent sur Epson, le fabricant d'imprimantes. Ses méthodes douteuses ont été dévoilées dans un reportage fort intéressant, Prêt à Jeter.Prêt à Jeter est une enquête sur les bases de notre économie moderne : la consommation, le gaspillage et la pollution. Plusieurs plaintes ont été déposées contre la société Epson. En effet, les imprimantes étaient victimes de panne après un certain laps de temps. Un utilisateur a alors démonté sa machine et a détecté une puce intégrée dans l’appareil. Cette dernière était placée de façon à entraîner une anomalie au bout d'un certain temps. Las, avec un programme tout simple, l’utilisateur a réussi à relancer son imprimante.
 
Ces exemples insinuent le doute dans l’esprit des consommateurs. Entre la pression des fabricants pour remplacer un appareil qui fonctionne, pour un autre ayant plus d’options (dégivrage automatique pour un frigo, clim ou ABS pour une voiture…), on ne s’y retrouve pas. On s’y retrouve encore moins avec l’obsolescence programmée, soit du matériel délibérément conçu pour ne pas pouvoir évoluer. Au rayon des arnaques, on peut aussi citer la conception de produits comprenant des fragilités délibérées (condensateurs électrolytiques peu durables, pièces de fatigue non renforcées…). Après des décennies de méthodes aléatoires, l’opinion publique est en train de réaliser l’ampleur du problème. Et c’est une bonne nouvelle que les politiques légifèrent afin de réduire cette obsolescence programmée.

Objets prêts à jeter : on nous ment