NLTO
Not Like The Others
// MAGAZINE HORS NORME POUR HYPERACTIFS DISTINGUÉS //





Suivez-nous
Twitter
Facebook
Rss







Plus attentifs en voiture autonome





Les voitures autonomes commencent à avoir un succès grandissant. Elles vont toutefois contraindre les automobilistes à être plus attentifs.


Source : Pixabay, image libre de droits.
Source : Pixabay, image libre de droits.
Un article en ligne du journal Slate explique que « reprendre les commandes peut être plus complexe dans un véhicule semi-autonome que dans un avion. »

Il ajoute qu’aujourd’hui, « piloter signifie entrer un itinéraire dans un ordinateur, appuyer sur des boutons, tourner des manettes et regarder des indicateurs se mouvoir comme s’ils étaient dirigés par une main invisible. »

Ainsi, « un tableau de bord coloré vous indique l’état des systèmes de vol et vous renseigne sur les appareils à proximité, le relief et les conditions météorologiques. Quand un danger potentiel est détecté, l’ordinateur vous le signale. »
 

Des technologies qui débarquent dans les voitures

Comme les avions, les voitures « ne sont pas encore totalement autonomes, mais la main invisible de la technologie est déjà capable de prendre en charge de nombreux aspects de nos déplacements. Le GPS calcule notre itinéraire et nous dit où aller. »

Ainsi, « nous pouvons appuyer sur un bouton pour que notre véhicule reste dans sa file, maintienne la distance de sécurité avec la voiture qui précède et ralentisse quand le type devant nous freine brusquement. »

« D’une simple pression du doigt, nous pouvons dire à la nouvelle Mercedes-Benz que nous voulons changer de voie: celle-ci va attendre le bon moment et s’occuper de tout. En cas de problème, nous sommes avertis par le pilote automatique. »

Pour des automobilistes habitués à avoir les mains et les pieds occupés sur le levier de vitesse, « le volant, les différentes manettes, l’accélérateur et le frein, ce nouveau rôle peut sembler déstabilisant. »

En effet, l’article explique que « les constructeurs de véhicules semi-autonomes nous expliquent que nous sommes censés rester assis bien sagement tandis que cette main invisible fait ce qu’elle a à faire, tout en demeurant prêts à intervenir en cas de défaillance technique. Mais serons-nous vraiment capables d’agir le moment venu? »

En effet, « quand l’automatisation a été introduite dans les avions, les pilotes se sont mis à tellement discuter entre eux que la Federal Aviation Administration, l'autorité américaine des transports aériens, a dû interdire les conversations non essentielles dans les cockpits. » 

Lire l’intégralité de l’article de Slate ici.