NLTO
Not Like The Others

// MAGAZINE HORS NORME POUR HYPERACTIFS DISTINGUÉS //






Suivez-nous
Twitter
Facebook
Rss







Quand Google se positionne sur le marché de la musique





Google pénètre désormais dans le marché des plateformes musicales en ligne. À travers l’interface de Google Play – son site de vente d’applications et de contenus – le géant d’Internet se lance dans un nouveau défi : la musique en streaming.


Quand Google se positionne sur le marché de la musique

L’affirmation d’une firme globale

Lorsqu’on évoque « Google », on pense encore majoritairement au moteur de recherche américain. Ce dernier diversifie cependant ses activités. Ainsi, Google propose depuis peu (le 15 mai 2013), un service de streaming musical venant concurrencer les plateformes comme Spotify et Deezer. Nommé Google Play Music All Access, l’application est disponible via Google Play. Si le service n’est pour l’instant en accès qu’aux États-Unis, l’offre devrait s’étendre au mois de novembre à l’ensemble du monde.
 
Avec cette nouvelle étape dans son développement, Google prouve qu’aucun secteur lucratif sur le Web ne peut échapper à son influence, déjà établie dans les systèmes d’exploitation des smartphones avec Android, mais aussi par la vente de contenus (Google Play) ou encore la diffusion d’informations (Google Actualités).

Un changement de stratégie : concurrencer les leaders de la musique en streaming

Devançant Apple et le lancement de son iRadio, Google s’implante sur un marché dominé par des acteurs comme Pandora, Spotify ou encore Deezer. En 2011 Google Music avait été lancée (magasin virtuel de musique) ainsi qu’un espace de stockage permettant de sauvegarder une bibliothèque personnelle sur Internet, et donc accessible n’importe où. En se déportant sur une offre streaming Google change fondamentalement son activité « musique » puisqu’il passe d’un service comparable à l’App Store d’Apple à une véritable plateforme de diffusion musicale. Le forfait mensuel est proposé à 9,99 dollars par mois. Ce prix comprend un accès au catalogue des trois grands majors de l’industrie musicale : Universal, Sony et Warner. L’utilisateur peut en outre créer ses radios, des playlists et accéder au contenu lorsqu’il est hors ligne. Comme ses concurrents, Google Play Music All Access permet à l’internaute d’écouter la musique en illimité, de trier de différentes manières les morceaux, d’interagir avec les autres utilisateurs et de créer son propre espace personnel. En revanche, là où il se différencie, c’est dans son abonnement qui est obligatoirement payant pour bénéficier du service d’écoute. Aussi, Google Music ne dispose pas d’offre gratuite comme ses concurrents.
 
L’aventure du moteur de recherche sur le marché de la musique pourrait, si elle est probante, faire bénéficier à la marque d’une rampe d’attraction des clients vers un univers de services, comme c’est le cas pour Apple avec son application iTunes. L’objectif est d’intégrer l’activité de l’utilisateur dans un ensemble cohérent.

Profiter de la possibilité d’une diffusion multi-support

Par ailleurs, un des avantages certains de Google est la multiplicité des supports sur lesquels il est présent, comme celle des services qu’il propose. À travers sa plateforme de distribution de contenus, Google Play, accessible depuis tous les formats informatiques (ordinateur, téléphone, tablette, etc.), mais aussi le système d’exploitation pour smartphones Android, avec ses 900 millions d’utilisateurs, et des services comme la messagerie Gmail, Google peut se servir d’une foule d’avantages pour implanter rapidement, mais durablement sa nouvelle offre de musique en ligne. Son socle d’utilisateurs est l’un de ses atouts majeurs, ne serait-ce que par l’utilisation du moteur de recherche. Cette donnée lui permet de conquérir rapidement les nouveaux marchés sur lesquels il s’implante.

Les géants d’Internet débarquent sur le marché

En proposant une offre exclusivement payante, Google se démarque donc de ces concurrents. Pour autant, Google Music permet toujours de stocker gratuitement en ligne sa bibliothèque personnelle, à hauteur de 20 000 titres maximum et de l’écouter via un fonctionnement de streaming. Néanmoins, Google n’est pas le seul grand d’Internet à être présent sur le marché. Apple, via iTunes avec Match, et Amazon avec Cloud Player proposent eux aussi des services de stockage de musique en ligne. Mais l’offre de Google tente de les surpasser, avec un certain succès puisque dans le cas d’Amazon l’offre gratuite culmine par exemple à 250 morceaux, tandis qu’iTunes fait payer son service 24,99 euros par an pour stocker jusqu’à 25 000 titres. La compétition s’annonce rude.