NLTO
Not Like The Others
// MAGAZINE HORS NORME POUR HYPERACTIFS DISTINGUÉS //





Suivez-nous
Twitter
Facebook
Rss







Qwant, le moteur de recherche niçois qui continue à grandir





Qwant, le moteur de recherche niçois et qui affirme respecter la vie privée de ses utilisateurs a réussi le pari fou de lever de 18,5 millions d'euros dans un secteur dominé par des géants américains.


DR
DR
On est encore loin de Google, mais quand même la dynamique est positive pour le moteur de recherche niçois Qwant. La société vient d’annoncer avoir levé 18,5 millions d’euros auprès de la Caisse des dépôts et consignation ainsi que d’Axel Springer, géant allemand. Après avoir convaincu la banque européenne d’investissement d’investir 20 millions dans le projet, le petit poucet des moteurs de recherches commence à avoir les moyens de ses ambitions.
 
« Nous allons pouvoir déployer plus de serveurs et surtout embaucher. 50 personnes dans le Sud de la France cette année, 100 l’an prochain, pour atteindre un effectif de 200 personnes en 2018. Le but est d’être 1.000 en 2021, de faire 500 millions de chiffre d’affaires et d’obtenir entre 5 et 10% du marché européen » a expliqué à Nice Matin , le cofondateur et DG Eric Léandri. Le rêve peut sembler fou mais sur le papier, Qwant a déjà déjoué tous les pronostics « Tous supports confondus, Qwant était à neuf millions de visiteurs uniques en janvier de l’année dernier, nous avons passé les 32 millions ce mois-ciNous avons triplé et c’est notre objectif : avoir une croissance à 300% par an. Pour continuer sur cette courbe, il nous fallait embaucher et nous agrandir. Et donc avoir du cash » continue sans se dégonfler l’homme d’affaires. Les premiers chiffres lui donnent raison puisqu’en trois jours d’existence sur les systèmes d’exploitation des mobiles, le moteur de recherche comptait déjà 50 000 utilisateurs.
 
Avec la méfiance généralisée des utilisateurs pour les géants américains, c’est surtout la promesse de respect de la vie privée du nouveau venu qui peut l’aider à continuer sa montée fulgurante. En se positionnant comme une alternative européenne à l’hégémonie de Google Eric Léandri résume très bien sa stratégie : « faire en sorte que les données présentes sur un moteur de recherche servent à tout le monde, qu’elles servent un écosystème, développe-t-il. On veut qu’elles puissent être partagées ici, investir dans des startups qui se développent ici, en Europe plutôt que de nourrir l’économie d’autres pays, ailleurs. Tout cela en conservant nos règles de liberté et de vie privée » confie-t-il à Nice Matin.