NLTO
Not Like The Others

// MAGAZINE HORS NORME POUR HYPERACTIFS DISTINGUÉS //






Suivez-nous
Twitter
Facebook
Rss







Roland Garros, une organisation financière hors du commun





Le très célèbre tournoi de Roland Garros a commencé dimanche à Paris, porte d'Auteuil. Chaque année, cet événement de relations publiques exige une organisation financière hors du commun.


Source : Pixabay, image libre de droits
Source : Pixabay, image libre de droits
"À part les joueurs, les arbitres, les ramasseurs de balles, ce sont aussi les hommes d'affaires, les stars et les marques qui s'agitent à l'approche du deuxième événement de relations publiques de France, après le Festival de Cannes qui vient de s'achever", explique un article en ligne du journal Le Figaro.
 
Car comme dit l'article, Roland Garros est "autant un business en soi, qu'un moyen de faire des affaires dans un cadre détendu. Retour sur quelques chiffres emblématiques."
 

Des sommes astronomiques pour la retransmission des matchs

Tous les ans, depuis 2014 et jusqu'en 2018, France Télévisions et Eurosport paient 7,5 millions d'euros pour se partager la retransmission des matchs du Tournoi : "Diffuseur historique, explique Le Figaro,  la chaîne publique partage depuis trois ans ses droits avec la filiale sportive de TF1. Les neuf premiers jours, Eurosport a l'exclusivité de la diffusion entre 11 et 15 heures tandis que France 2, France 3 France 4, voire France O prennent le relais l'après-midi (toute la journée sur leur site internet). Ensuite France TV peut diffuser l'intégralité des matchs."
 
A titre de comparaison, selon les dires du Figaro, "les organisateurs de l'US Open perçoivent 60 millions d'euros de droits TV par an, et ceux de  Wimbledon, 30 millions d'euros."
 
Malgré une diffusion en clair à la télévision réduite depuis trois ans et le retard pris par le nouveau stade, "les top sponsors ou «partenaires premium» du Tournoi (Peugeot, Emirates) paient tous les ans 5 millions d'euros pour avoir leur nom associé à Roland Garros."
 
Selon les informations du Figaro, BNP Paribas "a vu son ticket d'entrée augmenter cette année, tout comme Emirates ou Adecco."