NLTO
Not Like The Others
// MAGAZINE HORS NORME POUR HYPERACTIFS DISTINGUÉS //





Suivez-nous
Twitter
Facebook
Rss







SNCF, des agents armés à bord des trains





En réaction à l’attentat du Thalys qui aurait pu être un drame épouvantable, la SNCF a demandé à ce que les agents de sécurité soient armés. Le Conseil d’Etat devrait se prononcer en octobre sur cette question.


ILD
ILD
Au lendemain de l’attaque déjouée du Thalys en août 2015, la direction de groupe ferroviaire avait annoncé sa volonté de voir les agents de sécurité porter une arme à feu. AU printemps dernier le PDG du groupe a confirmé cette volonté. « Le sujet: la possibilité pour les 3000 agents de sûreté de l'entreprise publique en civil, de patrouiller armés dans les trains. Ce dispositif de «train marshals», à l'image des «sky marshals» présents sur certaines lignes aériennes, est permis par la Loi Savary qui encadre la prévention «contre les atteintes à la sécurité publique et contre les actes terroristes dans les transports collectifs de voyageurs» et promulguée le 22 mars » explique Le Figaro.

Cette loi permet en principe aux agents de sécurité, jusqu’ici équipé de matraques et menottes, de patrouiller avec des armes à feu. Votée mais pas encore appliquée, cette loi est en passe de l’être dans les prochaines semaine. Plus précisément, « c'est au mois d'octobre que le Conseil d'Etat devrait avoir terminé l'examen des 4 derniers décrets de cette loi, a révélé ce matin RTL. En fonction des délais prévus par ces décrets, ces hommes et ces femmes appartenant exclusivement aux polices de la SNCF et de la RATP, la SUGE et le GPSR, pourront patrouiller en civil armés au milieu des usagers. »

En cas de validation par le Conseil d’Etat, la mesure pourrait être effective très vite même si, précise la SNCF, il va falloir attendre un délai nécessaire à la formation et l’équipement des agents. « Ces agents peuvent déjà, en vertu de la loi Savary, procéder à des contrôles d'identité et fouiller les bagages des voyageurs dès leur arrivée en gare. Outre le port d'armes, la publication des décrets leur permettra de mener d'autres missions en collaboration avec les forces de police » continue Le Figaro en s’appuyant sur le communiqué de la société.