NLTO
Not Like The Others

// MAGAZINE HORS NORME POUR HYPERACTIFS DISTINGUÉS //






Suivez-nous
Twitter
Facebook
Rss







SYRIE - Le lycée français de Damas ne veut pas fermer ses portes





L’ambassade française à Damas est fermée depuis 2012, les institutions de coopérations et d’amitiés relancées en 2008 ont une à une elles aussi été clôturées ou rapatriées. Seul résistant à ce phénomène, le Lycée Charles De Gaulle de Damas reste ouvert dans une ville ravagée par la guerre.


SYRIE - Le lycée français de Damas ne veut pas fermer ses portes
La position de la France pèse sur les personnes et institutions de Syrie et de la région. Dès septembre 2011, par précaution, le prestigieux Institut français du Proche-Orient (Ifpo) déménageait de Damas à Beyrouth. Les expatriés français en Syrie étaient déjà invités à ne pas se rendre en Syrie.
 
Lorsqu’en décembre 2011, Alain Juppé haussait le ton et devenait menaçant à l’encontre du régime syrien, six casques bleus français de la force d’interposition de la Finul au Liban étaient blessés par l’explosion d’une mine sur le bord d’une route du Sud Liban. Depuis cette date, le positionnement de la France a remis en question toutes les positions française, institutionnelles et éducatives, en Syrie. Le point définitif de rupture est la décision de Nicolas Sarkozy de clôturer en mars 2012 l’ambassade française à Damas. Depuis, les liens entre les deux pays se cantonnent au plus haut niveau ou au terrain dans des manœuvres difficiles à identifier.

Le Lycée irréductible

Plus d’un an et demi après la rupture des liens consulaires, le Lycée Français est le vestige d’une francophonie qui a longtemps rayonné sur la Syrie. La menace d’une frappe militaire n’a pas été exclue et les factions armées officielles ou rebelles s’opposent dans tout le pays jusque dans la capitale (les affrontements concernent plus la banlieue de la capitale ndlr).
 
C’est au moment du rapprochement facilité par le Qatar entre la Syrie et la France en 2008 que le lycée Charles De Gaulle a été inauguré. La rentrée de l’année 2013-2014 a bien eu lieu et, malgré le remplacement de professeurs, le lycée a repris les cours avec 200 enfants contre 900 avant le début des troubles sécuritaires.
 
Depuis un an, Michel Leprêtre est le proviseur du lycée. « On a décidé dans la gestion de cette rentrée et des jours qui suivent de vivre au jour le jour » déclare-t-il à l’AFP. Quelques adaptations ont été faites avec des abris pour se protéger des bombardements et du matériel de secours a été acheté. Les enfants sont accompagnés par des gardes du corps. La plupart des lycéens sont des Syriens francophones ou des Franco-syriens de la haute société damascène. Milieu qui est, de manière générale plus favorable au régime de Bachar Al Assad qu’aux rebelles.
 
D’après les chiffres officiels il y aurait encore environ un millier de franco-syriens à Damas.