NLTO
Not Like The Others

// MAGAZINE HORS NORME POUR HYPERACTIFS DISTINGUÉS //






Suivez-nous
Twitter
Facebook
Rss







Se faire la malle





Dans un registre très haut de gamme, la malle de voyage revient en force. Mais encore faut-il avoir les moyens de s'offrir ces véritables micro-architectures.


Se faire la malle
Goyard, T.T.Trunks, Maison Moreau, Louis Vuitton… La malle, cet objet dont on a pu constater l’obsolescence, revient sur le devant de la scène. Mais la scène est ultra-luxe. Et après avoir voyagé léger pendant des lustres, à nouveau, l'engouement pour ce classique volumineux se fait sentir. Aujourd’hui, en 2015, tous les milliardaires de la planète la convoitent. Pèle mêle, la malle de voyage sert à transporter des grands crus, contenir une machine à café, une cave à whisky, des enceintes connectées, conserver à l’abri de la lumière des barreaux de chaises. Aujourd'hui, la malle est un accessoire éminemment masculin. Et extrêmement luxueux.
 
Tiroirs à rallonge, fonctions personnalisées, compartiments spéciaux… Dans tous les cas, les malles sont faites sur mesure et à la main. Des centaines d’heures de travail sont nécessaires. Et à la clé, des dizaines de milliers d’euros à débourser afin d'obtenir ce nouvel objet du désir. C’est le cas chez T.T.Trunks. Si les malletiers sont de vieilles maisons, à l’image de Louis Vuitton, dont c’était la vocation initiale, certains sont récents. T.T.Trunks a été lancé en 2009. Son fondateur, Julien Trossat explique au Figaro : «Tout le monde connaît la malle de voyage, nous avons voulu la sublimer, la révéler, surprendre.»
 
Résultat, 80 malles sont produites chaque année chez T.T.Trunks. Pour ce faire, une manufacture spéciale a été créée en Espagne. Les cuirs proviennent des mêmes fournisseurs que ceux des maisons Hermès ou Chanel. Et plusieurs métiers d’art travaillent à l’unisson pour fabriquer ces objets d’exception. Tous les « caprices » des clients sont réalisables, souvent extravagants. Chez T.T.Trunks, les malles sont totalement modulables. Et vu leur taille, celles de 2015 sont plutôt du genre sédentaire : mini-architectures, dressing ultra-compact qu’il est bon de posséder chez soi, meubles à fonction « de rangement et d'optimisation », dit-on chez T.T.Trunks, rapporte Le Figaro. En somme, sa vie dans une malle.

Se faire la malle