NLTO
Not Like The Others

// MAGAZINE HORS NORME POUR HYPERACTIFS DISTINGUÉS //






Suivez-nous
Twitter
Facebook
Rss







Shutdow, les Républicains prêts à certaines concessions





Jeudi 10 octobre les Républicains de la Chambre des représentants américaine ont évoqué l’idée d’un relèvement provisoire du plafond de la dette. Des réunions avec Barak Obama vont être organisées pour mettre fin au blocage de la situation.


Shutdow, les Républicains prêts à certaines concessions
La réouverture des administrations n’est toujours pas à l’ordre du jour. Si le principal sujet de contestation du groupe républicain reste les dépenses publiques et l’assurance maladie, ceux-ci ont ouvert une brèche à la négociation en concédant la possibilité du relèvement momentané du plafond de la dette.

Ce rebondissement poilitique envoie un signe positif aux observateurs institutionnels, financiers et étatiques qui regardent depuis le 1er octobre, date du shutdown, la situation avec inquiétude. Ses conséquences sur les économies étrangères commencent d'ailleurs à se faire ressentir. Jeudi le ministre français de l'Economie a annoncé que l'accord franco-américain de lutte contre l'évasion fisacle serait reporté sine die en raison de la fermeture d'administrations essentielles dans ce domaine.

Relèvement du plafond jusqu’en décembre

L’offre de relèvement, jusqu’à décembre, du plafond de la tête, a pour but d’empêcher la paralysie complète de l’Etat fédéral américain. Elle ne permet cependant pas la réouverture des administrations fédérales et donc le retour des centaines de milliers de fonctionnaires en situation de chômage technique.
La concession de la part des élus républicains se veut le premier pas vers le dialogue avec le Président américain. Des rencontres sont prévues entre Barak Obama et des représentants du parti d’opposition. Dans le principe, Obama a accepté la solution proposée en affirmant cependant qu’il s’opposait à un relèvement du plafond de la dette s’il devait être accompagné de renoncements sur d’autres dossiers.
Le camp démocrate s’est quant à lui prononcé pour un relèvement de la dette mais pour une durée d’un an.
L’annonce d’un retour aux négociations arrive à temps. Le Trésor a annoncé que si aucune décision n’était prise sur le réajustement de sa capacité d’endettement, il ne serait plus en mesure d’assurer la signature de l’Etat fédéral. Annonce dénoncée par le camp républicain qui milite pour le gel d’un nombre croissant de dépenses.
Le Dow Jones a réagi positivement à l’ouverture du débat politique en faisant un bond de 1,6%.