NLTO
Not Like The Others

// MAGAZINE HORS NORME POUR HYPERACTIFS DISTINGUÉS //






Suivez-nous
Twitter
Facebook
Rss







Soldes d’été 2017, baisse mais ça aurait pu être pire





Alors que les premiers retours laissaient présager une très mauvaise année pour les solde d’été, les commerçants ont finalement enregistré une baisse de 1,3 point par rapport à 2016. Une baisse qui s’inscrit simplement dans la confirmation du désintérêt progressif des Français pour ces jours de prix cassés.


ILD
ILD
Ça aurait vraiment pu être pire. Le premier jour des soldes d’été de cette année promettait le pire avec 15% de ventes en moins que l’année précédente. Finalement, les commerçants ont évité le naufrage avec une baisse de 1,3 point par rapport à 2016 sur toute la période. Une tendance pas catastrophique dans un contexte de désintérêt croissant pour les semaines de soldes.
 
« Mais tout le monde n'en a pas profité équitablement. Ainsi, si les centres commerciaux, les grandes enseignes et les grosses agglomérations s'en sortent plutôt bien, les villes moyennes et les commerces indépendants font en revanche grise mine. Pour les indépendants, « la fréquentation comme le panier moyen ressortent en baisse. Les retours de nos commerçants sont globalement mauvais avec des baisses significatives de chiffres d'affaires », confie à l'Agence France-Presse Bernard Morvan, président de la Fédération nationale de l'habillement (FNH) » lit-on sur le site du magazine Le Point. L’agence de presse française note une nette différence entre Paris et le reste de la France. Dans la capitale, les près de 60% des commerces interrogés ne sont pas satisfaits. Ailleurs, les professionnels sortent de cette période plus contents.
 
Même les magasins les moins satisfaits enregistrent des progressions de chiffre d’affaires durant cette période. Les soldes ne sont donc pas devenues des semaines comme les autres mais sont bien moins exceptionnelles qu’elles pouvaient l’être avant la montée en puissance du commerce en ligne. Une situation que de nombreux observateurs notent depuis des années. Avec des offres promotionnelles disponibles toute l’année sur l’internet, mis à part les amateurs de shopping qui flânent pour le plaisir et sans chercher à acheter quelque chose en particulier, de moins en moins de consommateurs voient un intérêt à se serrer dans des boutiques pendant leur weekend ou leurs vacances.