NLTO
Not Like The Others
// MAGAZINE HORS NORME POUR HYPERACTIFS DISTINGUÉS //





Suivez-nous
Twitter
Facebook
Rss







Soudan : le calvaire des réfugiés chrétiens





Dans un communiqué, l'Aide à l'Eglise en détresse (AED) dénonce le calvaire des réfugiés chrétiens au Soudan.


Source : Pixabay, image libre de droits
Source : Pixabay, image libre de droits
Le Soudan n'est pas un pays chrétien. Plus de 90% de sa population est musulmane. Ces dernières années, cependant, le petit nombre de chrétiens de ce pays d'Afrique de l'est a reçu des renforts - même s'ils ont été involontaires. Des dizaines de milliers d'érythréens - dont de nombreux chrétiens et catholiques - cherchent refuge dans le pays voisin, fuyant leur pays d'origine : « Le gouvernement érythréen force les gens pendant des années, parfois des décennies, à faire un service militaire obligatoire. Pendant cette période, on ne touche pas d'argent et on est totalement à la merci du gouvernement. De moins en moins de gens acceptent de participer à cela », estime un bénévole qui s'occupe des réfugiés érythréens à Khartoum. On l'appellera Joseph.
Le Soudan voisin est en général le premier arrêt d'un voyage qui se terminera idéalement en Europe - et rapporte des milliers d'euros aux passeurs. Le trajet du Soudan vers la Libye coûte environ 1.500 euros. De là à l'Italie, il en coûte encore autant. Mais beaucoup n'ont pas l'argent pour ce voyage, et sont donc coincés au Soudan. Ils y restent souvent des années avant de pouvoir passer. « Un retour en Érythrée serait impensable. Les réfugiés y sont menacés de prison ou pire », affirme Joseph.
« Les choses sont très difficiles au Soudan pour les réfugiés érythréens. Quittant un pays au régime totalitaire, ils tombent sur un régime islamiste ! explique Christine du Coudray-Wiehe, responsable de projet à l'AED pour le Soudan. « Nous voulons être à leurs côtés et les soutenir en les aidant à élever leurs enfants dans la foi catholique ».
L'AED soutient ainsi une école à Khartoum accueillant 1200 élèves, aide à payer les livres et les professeurs, mais aussi la nourriture pour les enfants. Les parents n'ont que des moyens limités pour le financement de la scolarité, car ils ne peuvent pas avoir, en tant que réfugiés, de travail officiel. Ils économisent chaque centime pour financer un voyage en Europe ou dans d'autres pays occidentaux. Personne ne veut rester au Soudan. « ils ont très peur de la police », témoigne Joseph. « Nous, chrétiens, sommes à leur merci ». En effet, beaucoup de réfugiés sont sans cesse victimes du chantage des policiers. « Parfois, la police arrête nos compatriotes et ne les libère qu'après le paiement d'une rançon ». Souvent ils témoignent que c'est leur foi chrétienne qui les fait tenir.