NLTO
Not Like The Others
// MAGAZINE HORS NORME POUR HYPERACTIFS DISTINGUÉS //





Suivez-nous
Twitter
Facebook
Rss







Toulouse, ville peu sportive ?





La ville de Toulouse, la quatrième ville de France arrive seulement en 15ème place des villes les plus sportives de France selon un classement établi par le site internet info-pharma.org.


Source : Pixabay, image libre de droits.
Source : Pixabay, image libre de droits.
« Toulouse, ville sportive ? On pourrait le croire au vu des milliers de joggers croisés chaque jour le long de la Garonne ou du canal, sans parler des cyclistes ou des adeptes de plus en plus nombreux du fitness et de la musculation », explique un article en ligne de La Dépêche.
 

Toulouse est larguée

L’article de La Dépêche souligne que « ce tableau idyllique est battu en brèche par une étude réalisée au printemps dernier par le site internet info-pharma.org, qui classe la 4e ville de France au modeste 15e rang parmi les vingt cités les plus sportives de l'Hexagone. »

Le site professionnel, « spécialisé dans la santé et les informations pharmaceutiques, vise à encourager les gens à bouger, bien s'alimenter et avoir les bons réflexes pour entretenir leur santé. »

L’article ajoute que « déjà distingué par une intéressante étude nationale sur les dangers des sodas, il s'est fondé, pour établir son classement des villes sportives, sur le nombre de centres sportifs privés et de salles de sport publiques pour 100 000 habitants (lire page suivante) parmi les vingt cités françaises les plus peuplées. Le site a élargi le territoire de ces villes à leur périphérie, à 3 km autour de la commune centre. »

La Ville rose « est largement distancée dans ce classement par Angers (1er), Grenoble (2e) et Nantes (3e), sur le podium national. Surtout, avec seulement près de 26 équipements sportifs pour 100 000 habitants (contre plus de 43 pour Angers), Toulouse est larguée, dans le Grand Sud-Ouest, par ses sœurs ennemies, Bordeaux (4e au national) et Montpellier (6e), mais s'en sort quand même mieux que Lyon, Paris, Nice ou Marseille. »

Lire l’intégralité de l’article de La Dépêche ici.