NLTO
Not Like The Others
// MAGAZINE HORS NORME POUR HYPERACTIFS DISTINGUÉS //





Suivez-nous
Twitter
Facebook
Rss







Tu bulles, nous bullons…





Sur les smartphones, les bulles façon BD ont pris le pouvoir. Au-delà, cette fonction modifie notre façon de communiquer.


Tu bulles, nous bullons…
Rose, bleue, verte, la bulle 2.0 est colorée. Parfois, on la redoute, parfois on l’attend comme le Messie. Dans tous les cas, elle indique à un interlocuteur qu’un contact donné est en train de lui répondre. De fait, elle peut provoquer de grandes émotions, mais aussi des déceptions proportionnelles, et l'angoisse qui va avec. Par exemple, on attend un mot doux de Toto et il répond : « Ok », « d’acc » ou « RDV à 19h ». Sur iPhone, sur les chats de Facebook ou de Google, les bulles surviennent à brûle pourpoint au milieu des conversations. Elles indiquent qu’un correspondant est en train d'écrire un message. C’est «l'attente addictive» comme l’indique au Figaro, Vincent Viollain, président de Babel 31, une agence de communication digitale.
 
Les bulles nous mettent, donc « en situation d'attente addictive ». Pourquoi ? Parce qu’elles créent un certain suspense. Et quand il y a suspense ou que l’attente est trop importante, la déconvenue peut survenir plus vite qu'on ne le croit. Ces petites bulles répondent au principe du Typing Awereness Indicator, indicateur de frappe, imaginé pour les toqués de la réponse rapide. Mieux, immédiate. Ce système a été adopté par Blackberry, WhatsApp, Apple, Snapchat.

S’il plonge dans l’angoisse les utilisateurs de smartphones qui possèdent cette fonctionnalité, il va plus loin : jusqu’à modifier la manière d’écrire un texto. La spontanéité ? Elle est balayée, l’effet de surprise aussi. Si on pédale dans la semoule, on tourne autour du pot, on efface, on réécrit… De l’autre côté, le correspondant voit apparaître autant de petites bulles vides comme autant de cafouillages et de coups au coeur. Pourtant, à tout prendre, elles font moins mal que le silence. À l'ère numérique, c'est la pire des choses, dixit les sociologues spécialistes des SMS. Oui mais se faire larguer par SMS alors ?
 
 
 

Tu bulles, nous bullons…