NLTO
Not Like The Others

// MAGAZINE HORS NORME POUR HYPERACTIFS DISTINGUÉS //






Suivez-nous
Twitter
Facebook
Rss







Twitter, 44% des utilisateurs sont inactifs





Une étude montre que le nombre d’utilisateurs de Twitter n’est pas représentatif des adeptes du réseau social. Près de la moitié des comptes n’auraient jamais publié un mot sur la plateforme.


Twitter met souvent en avant ses 241 millions d’utilisateurs actifs  et les évolutions du nombre de personnes inscrites. Une récente étude montre cependant que parmi ces « actifs », 44% n’ont même pas publié un mot sur le plateforme.
 
Pour être considéré comme un membre actif, il suffit de se connecter au moins une fois par mois au service du réseau social. Si l’on regarde les chiffres, on voit qu’il n’existe en fait qu’une petite minorité d’utilisateurs qui participent régulièrement à des conversations. En effet, 30% des utilisateurs actifs n'ont publié qu’un à dix tweets, et seulement 13% plus de cent.
 
Les statistiques Twitter méritent d’être regardées de plus près. Comme l’explique le site Lesnumeriques.com, « si 542,1 millions de comptes ont, selon les estimations, déjà envoyé un tweet, 44 % des 974 millions de comptes recensés ne sont jamais sortis de leur mutisme. Quelque 428 millions de comptes qui n'ont jamais dépassé le stade de l'inscription et de la connexion... tandis que seuls 23 % des comptes qui se sont déjà exprimés ont réitéré durant les 30 derniers jours. »

Données pour les annonceurs

Alors que de nouvelles techniques d’analyses des goûts et des tendances sont développées à partir des données Twitter, ces chiffres posent un certain nombre de questions. Il n’existe pas d’enquêtes précises sur les profils des utilisateurs, mais il est évident que Twitter n’est pas un réseau social qui attire toutes les catégories d’âges et de milieux. De plus, les comptes les plus actifs sont souvent ceux d’institutions, d’entreprises ou de personnalités publiques qui se servent des 140 caractères pour faire leur promotion.
 
En fonction des profils d’utilisateurs et de la part de promotion, le développement de technologies capables d’analyser les tweets pour déployer des stratégies commerciales s’avèrerait ainsi risqué. De ce point de vue, les entreprises doivent vite réaliser que les consommateurs, au sens large, ne sont pas toujours des consommateurs de réseaux sociaux et de nouvelles technologies.